DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Norvège : 4 ans après le massacre, les jeunes travaillistes reviennent à Utøya

Pendant des années, l‘île norvégienne d’Utøya a accueilli des camps d‘été de la jeunesse travailliste. Et puis il y a eu le massacre, il y a 4 ans

Vous lisez:

Norvège : 4 ans après le massacre, les jeunes travaillistes reviennent à Utøya

Taille du texte Aa Aa

Pendant des années, l‘île norvégienne d’Utøya a accueilli des camps d‘été de la jeunesse travailliste. Et puis il y a eu le massacre, il y a 4 ans. Le 22 juillet 2011, Anders Behring Breivik abattait 69 jeunes militants rassemblés là.

Point of view

Ça fait bizarre de venir sur cette île 4 ans après. Cela dit, on doit se faire de nouveaux souvenirs. C'est la seule manière d'aller de l'avant.

Fallait-il revenir sur l‘île ? Oui, ont décidé les responsables du mouvement politique. Des centaines de jeunes ont donc embarqué ce jeudi pour renouer pendant trois jours avec la tradition des camps d‘été.

William Reinemo fait partie des jeunes sur le point d’embarquer pour rejoindre l‘île d’Utøya. “Il y a une part d’excitation, confie-t-il. Il y a la perspective de rencontrer de nouvelles personnes et de aussi de revoir d’anciens amis. Mais c’est vrai, également, que ça fait bizarre de venir sur cette île 4 ans après”. “Cela dit, ajoute-t-il, on doit se faire de nouveaux souvenirs. C’est la seule manière d’aller de l’avant”.

Parmi les participants, plusieurs rescapés du carnage de juillet 2011. Une manière pour eux de tourner la page. Astrid, une des survivantes, insiste : “Utøya doit continuer d‘être un atelier où les jeunes apprennent la démocratie, la politique et l’engagement”.

Un message repris à son compte par l’ancien Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg (actuellement Secrétaire général de l’Otan), également présent à Utøya. “C’est une grande chose d‘être ici, dit-il, et de voir cette jeune génération se réapproprier l‘île, même si personne n’oubliera ce qui s’est passé le 22 juillet 2011.”

Sur place, de nouveaux bâtiments ont été érigés tout en veillant à préserver la mémoire des lieux.
Cela n’a pas empêché des voix discordantes, certains ont en effet jugé prématuré voire indécent d’organiser là, dès cette année, un nouveau camp d‘été.

Pour aller plus loin
> Portraits de survivants du massacre dans “Le Monde” – à lire ici
> Le mémorial construit sur l‘île d’Utøya (article en anglais)- à lire ici
> Le tueur d’Utøya condamné à 21 ans de prison – à lire ici