DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quitter la Hongrie avant l'entrée en vigueur des lois anti-migrants


Hongrie

Quitter la Hongrie avant l'entrée en vigueur des lois anti-migrants

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Des réfugiés partent de Budapest avant de devenir dans quelques jours des clandestins passibles de 5 ans de prison. Les trains sont bondés à la gare de Keleti.
Le durcissement des lois sur l’immigration annoncé par le Premier ministre hongrois Viktor Orban approche. Mardi, il devrait être effectif. Comment sera-t-il appliqué ? Difficile à dire, les prisons hongroises ne sont sans doute pas vides…

Une jeune étudiante, venue d’Oman, volontaire à la gare de Keleti, explique qu’il y a urgence :

“Nous devons leur faire quitter la Hongrie le plus tôt possible, avant que les militaires n’entrent en jeu et essaient à leur manière de résoudre le problème. On doit sortir les réfugiés de Budapest avant le 15 septembre.”

Les autorités hongroises assurent que dès mardi, le processus de demande d’asile sera systématisé et accéléré. Ceux qui refuseront seront parqués à la frontière ou renvoyés en Serbie, et ceux qui tentent de passer illégalement seront arrêtés et emprisonnés ou expulsés.

Le double mur de barbelés, en partie construit par des détenus, devrait être terminé début octobre.

Ce samedi après-midi, une famille a pu passer à travers une brèche.
Après de vives discussions avec les policiers hongrois, elle a été emmenée par les gardes-frontières, on suppose, vers un centre d’enregistrement.

Avec Agences

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un représentant de la gauche radicale à la tête du Labour