DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bloqués à la frontière serbo-hongroise, les migrants cherchent une nouvelle route pour entrer dans l'UE

A Hogos, ancien point de passage des migrants, des centaines de personnes attendent une hypothétique réouverture des barrières. D’autres ont choisi

Vous lisez:

Bloqués à la frontière serbo-hongroise, les migrants cherchent une nouvelle route pour entrer dans l'UE

Taille du texte Aa Aa

A Hogos, ancien point de passage des migrants, des centaines de personnes attendent une hypothétique réouverture des barrières. D’autres ont choisi d’explorer de nouvelles routes pour accéder à l’Union européenne, notamment en passant par la Croatie et plus précisément par la ville de Sid.

Côté serbe, le ministre de l’Intérieur Nebojsa Stefanovic, venu à leur rencontre, est chaleureusement accueilli par les réfugiés. “Notre travail est d’assurer, autant que possible, la sécurité de la Serbie. Il faut aussi prendre soin de ces gens avec un minimum d’humanité. Mais c’est un problème européen qui ne sera pas facilement réglé, pas même dans un seul pays d’Europe, et surtout pas en Serbie, l’un des plus petits pays européens.”

Belgrade demande à Budapest de rouvrir ses frontières, mais le chef du gouvernement hongrois s’y refuse. “Si quelqu’un affirme être un réfugié, on lui demandera s’il a rempli une demande d’asile en Serbie. Si ce n’est pas le cas, étant donné que la Serbie est un pays sûr, il sera rejeté”, a indiqué hier Viktor Orban lors d’un entretien télévisé.

Le Premier ministre hongrois va même plus loin, il envisage d‘ériger une autre clôture, à la frontière roumaine cette fois. Une initiative qui n’est “pas conforme à l’esprit européen d’après Bucarest.