Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le monde chiite en ébullition après l'exécution du Saoudien Nimr al-Nimr

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, Reuters, AP
Le monde chiite en ébullition après l'exécution du Saoudien Nimr al-Nimr

<p>La colère gronde à Téhéran. <a href="http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2016/01/03/004-execution-cheikh-nimr-al-nimr-arabie-saoudite-manifestation-ambassade-iran-teheran.shtml">Plusieurs centaines d’Iraniens ont protesté ce dimanche</a>, poings levés, contre l’exécution, ce samedi, du dignitaire religieux chiite Nimr al-Nimr décidé par les autorités saoudiennes. </p> <p>N‘étant pas autorisés à brûler le drapeau saoudien sur lequel figure la profession de foi musulmane, la chahada, ils s’en sont pris au drapeau américain. </p> <p><strong>“Ce sang versé les rattrapera”</strong></p> <p>Le Guide suprême Ali Khamenei a averti que “la main de Dieu” vengera ce “martyr”. </p> <p>“Cette exécution est un crime. C’est un crime grave. C’est aussi une erreur parce que ce sang versé les rattrapera sans aucun doute possible.”</p> <p><a href="http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/03/arabie-saoudite-chiites-sunnites-alliances-cartes_n_8907174.html">Les deux puissances régionales que sont l’Arabie saoudite et l’Iran sont engagées dans des camps opposés</a> sur deux terrains de guerre, la Syrie et le Yemen. </p> <p>La colère du monde chiite s’exprime en Irak, au Liban, à Bahreïn, mais également en Arabie saoudite. Dans l’est du pays, dans le district de Qatif, à majorité chiite, quelques centaines de personnes ont manifesté arborant des portraits du dignitaire, aux cris de “A bas les Saoud”, le nom de la famille régnante dans le royaume wahhabite. </p> <p>Exécuté avec 46 autres détenus, essentiellement sunnites, Nimr al-Nimr était une figure de la contestation au régime mais a toujours nié avoir encouragé le recours à la violence. </p> <p>La France et l’Allemagne ont vivement regretté la décision prise par Riyad, rappelant leur opposition à la peine de mort et invitant les dirigeants de la région à apaiser les tensions.</p>