Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Conflit syrien : les négociations de paix piétinent

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Conflit syrien : les négociations de paix piétinent

<p>Aucune avancée majeure n’est ressortie de la nouvelle réunion sur la Syrie, qui a eu lieu ce mardi à Vienne. Pas de date de reprise des pourparlers de paix, ni de date butoir pour la mise en place d’un organe syrien de transition politique. L’objectif prioritaire demeure l‘établissement d’un cessez-le-feu durable, qui est régulièrement mis à l‘épreuve.</p> <p><em>“Aucun d’entre nous ne peut être satisfait de la situation en Syrie, qui reste vraiment inquiétante</em>, souligne le secrétaire d‘État américain John Kerry. <em>Nous sommes tous préoccupés par les niveaux de violence qui ont éclaté ces derniers jours. La Russie et les Etats-Unis travaillent en étroite collaboration, avec des personnes de haut niveau, qui sont entièrement dévouées à leur tâche.”</em></p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/ISSG?src=hash">#ISSG</a> mtg focused on reducing violence in <a href="https://twitter.com/hashtag/Syria?src=hash">#Syria</a>, increasing humanitarian access & advancing a political transition. <a href="https://t.co/6VHnGEoQA9">pic.twitter.com/6VHnGEoQA9</a></p>— John Kerry (@JohnKerry) <a href="https://twitter.com/JohnKerry/status/732570790298845184">17 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p><em>“La violence a reculé depuis la déclaration du cessez-le-feu en février</em>, souligne pour sa part le chef de la diplomatie russe. Sergueï Lavrov a par ailleurs insisté sur le fait que <em>“la Russie ne soutenait pas Bachar al-Assad, mais qu’elle appuyait l’armée syrienne contre le terrorisme.”</em> Enfin, il a estimé que l’accès à <em>“l’aide humanitaire s‘était amélioré.”</em></p> <p>Et justement, l’une des principales annonces de cette réunion de Vienne concerne l’aide humanitaire. À partir du 1er juin, les villes assiégées recevront des vivres et des médicaments par largage aérien, si l’<span class="caps">ONU</span> se voit refuser l’accès aux zones, où les populations manquent de tout.</p>