Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Séisme en Europe : près de 52% des Britanniques décident de partir

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Séisme en Europe : près de 52% des Britanniques décident de partir

<p>Il a adhéré en 1973 à la <span class="caps">CEE</span>, l’ancêtre de l’Union européenne (UE), et il consultait ce jeudi ses citoyens sur une éventuelle sortie de la communauté élargie à 28 pays… Le Royaume-Uni va quitter l’UE. Près de 52% des Britanniques se sont exprimés en faveur d’un retrait. Un moment historique que nous avons suivi tout au long de la nuit.</p> <p>A 23h (heure de Paris), heure de fermeture des bureaux de vote, une enquête en ligne de l’Institut Yougov donnait le camp du maintien (Remain) vainqueur avec 52%, contre 48% pour les partisans d’une sortie du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne (Brexit). </p> <p>Vers 2h du matin, cependant, la ville de Sunderland, dans le nord-est de l’Angleterre, a créé la surprise en se prononçant nettement plus fortement que prévu en faveur d’un divorce avec l’Union européenne.<br /> Ce résultat a fait chavirer l’optimisme des bookmakers, des investisseurs, et a également marqué le début d’une chute abrupte de la livre sterling, qui enregistre un plus bas depuis 1985 (-10%). Dans la foulée, la bourse de Tokyo a dévissé de 5%.<br /> Dans le même temps, le camp des partisans d’une sortie de l’Union européenne s’est imposé, devançant parfois de 5 points le camp du “In”.</p> <p>Jusqu’au rééquilibrage une heure plus tard. <br /> Une nuit de suspense, où chaque camp grignotait ou perdait quelques dixièmes de points, minute après minute. </p> <p>Puis, vers 3 heures du matin, le “Out” a commencé à devancer le “In”, conservant durablement un écart de 3 points. </p> <p>Le dirigeant du parti europhobe <span class="caps">UKIP</span>, Nigel Farage, qui se référait jeudi soir à des sondages privés menés par “certains de ses amis dans les marchés financiers”, a très rapidement admis l’“avantage” du “Remain”. Avant de se raviser. Il a par la suite tweeté qu’il se prenait à “rêver que l’aube se lève sur un Royaume-Uni indépendant”.</p> <p>Les électeurs de Londres, Manchester, Liverpool, Edinburgh, Oxford, Cambridge ou des Highlands ont choisi le maintien du Royaume-Uni dans la Grande-Bretagne.<br /> Dans plusieurs villes du nord de l’Angleterre et au Pays de Galles, les britanniques ont opté pour une sortie de l’espace communautaire.</p> <a data-flickr-embed="true" href="https://www.flickr.com/photos/euronews/albums/72157667428514994" title="Brexit night"><img src="https://c1.staticflickr.com/8/7440/27767691592_62ff3e5287_z.jpg" width="606" height="400" alt="Brexit night"></a><script async src="//embedr.flickr.com/assets/client-code.js" charset="utf-8"></script>