DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Séisme en Europe : près de 52% des Britanniques décident de partir

Publicité

Il a adhéré en 1973 à la CEE, l’ancêtre de l’Union européenne (UE), et il consultait ce jeudi ses citoyens sur une éventuelle sortie de la communauté élargie à 28 pays… Le Royaume-Uni va quitter l’UE. Près de 52% des Britanniques se sont exprimés en faveur d’un retrait. Un moment historique que nous avons suivi tout au long de la nuit.

A 23h (heure de Paris), heure de fermeture des bureaux de vote, une enquête en ligne de l’Institut Yougov donnait le camp du maintien (Remain) vainqueur avec 52%, contre 48% pour les partisans d’une sortie du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne (Brexit).

Vers 2h du matin, cependant, la ville de Sunderland, dans le nord-est de l’Angleterre, a créé la surprise en se prononçant nettement plus fortement que prévu en faveur d’un divorce avec l’Union européenne.
Ce résultat a fait chavirer l’optimisme des bookmakers, des investisseurs, et a également marqué le début d’une chute abrupte de la livre sterling, qui enregistre un plus bas depuis 1985 (-10%). Dans la foulée, la bourse de Tokyo a dévissé de 5%.
Dans le même temps, le camp des partisans d’une sortie de l’Union européenne s’est imposé, devançant parfois de 5 points le camp du “In”.

Jusqu’au rééquilibrage une heure plus tard.
Une nuit de suspense, où chaque camp grignotait ou perdait quelques dixièmes de points, minute après minute.

Puis, vers 3 heures du matin, le “Out” a commencé à devancer le “In”, conservant durablement un écart de 3 points.

Le dirigeant du parti europhobe UKIP, Nigel Farage, qui se référait jeudi soir à des sondages privés menés par “certains de ses amis dans les marchés financiers”, a très rapidement admis l’“avantage” du “Remain”. Avant de se raviser. Il a par la suite tweeté qu’il se prenait à “rêver que l’aube se lève sur un Royaume-Uni indépendant”.

Les électeurs de Londres, Manchester, Liverpool, Edinburgh, Oxford, Cambridge ou des Highlands ont choisi le maintien du Royaume-Uni dans la Grande-Bretagne.
Dans plusieurs villes du nord de l’Angleterre et au Pays de Galles, les britanniques ont opté pour une sortie de l’espace communautaire.

Brexit night

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article