DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Comment surmonter le traumatisme ? Retour en Haïti et au Cambodge

learning world

Comment surmonter le traumatisme ? Retour en Haïti et au Cambodge

En partenariat avec

Ces dernières années, nous avons découvert dans Learning World, des expériences éducatives exemplaires qui se déroulaient parfois dans un contexte d’adversité et de traumatisme. Deux d’entre elles nous ont particulièrement touchés en Haïti et au Cambodge. Nous nous sommes rendus sur place pour voir comment les choses avaient évolué.

Haïti : reconstruire sa vie prend du temps

En 2011, nous vous avions présenté Raynane, une petite fille âgée de neuf ans amputée suite au séisme du 12 janvier 2010. Grâce à la prothèse fournie par l’ONG française Handicap International, elle pouvait aller à l‘école et vivre la même vie de petite fille que sa sœur jumelle et ses amies même si elle se montrait réticente à se rendre en classe après ce qu’elle avait vécu.

Cinq ans après, nous avons retrouvé Raynane. Aujourd’hui, elle a 15 ans et habite toujours le même quartier de Port-au-Prince. “Ma vie a changé parce que maintenant, je ne suis plus un bébé, je sais comprendre les choses,” nous dit la jeune fille. Sa famille manque de ressources : depuis le tremblement de terre, son père a reconstruit une partie de leur maison, mais n’arrive pas à retrouver un emploi stable. Sa mère travaille comme femme de ménage.

En grandissant, Raynane a régulièrement besoin de changer de prothèse. Ce qui a un coût. “L’important, c’est que j’ai ma mère, mon père et mes frères près de moi qui me soutiennent,” souligne la jeune fille.

Pour le père de Raynane, Jean-Raynold, l‘éducation est une priorité. Faute de place à l‘école publique gratuite, il a dû l’inscrire comme ses autres enfants, dans des institutions privées payantes. “C’est une petite fille qui a beaucoup d’idées, nous assure-t-il avant d’ajouter : A la fin de ses études, elle aimerait être médecin, elle a beaucoup d’ambition !”

Raynane et sa sœur jumelle se lèvent tous les jours à 6h30 et se rendent à leur école en moto taxi. A pied, le trajet leur prendrait une heure.

“Mes amies aussi m’encouragent, elles ne se moquent pas de moi, confie-t-elle, elles me disent que j’ai été amputée et que ce n’est rien, que je resterai toujours Raynane, que ça n’a rien changé, je suis contente quand elles me disent ça.” Il est clair que Raynane est intégrée dans son école et à l’aise avec son entourage, notamment grâce à la prothèse.

Mais beaucoup de personnes amputées connaissent un autre problème : les douleurs fantômes. Raynane et son père se rendent pour la première fois dans un centre de réhabilitation spécialisé baptisé CERPA. Les psychomotriciens vont y évaluer ses besoins. Il s’agit de savoir si elle sent sa jambe comme si elle était toujours là et si éventuellement, elle ressent des douleurs. Si oui, il faut aider son cerveau à accepter et comprendre que le membre n’est plus là.

“On a demandé à Raynane si elle sent le sable tout autour de son moignon et c’est parce qu’elle sent le sable tout autour de son moignon que le cerveau se rend compte que la jambe s’arrête là et qu’elle ne s’arrête plus au pied, indique Capucine Bossard en charge de la séance avec Raynane au CERPA. Certains enfants peuvent être gênés parce qu’ils n’arrivent pas à gérer la douleur qui est là et ne pensent qu‘à ça, d’autres enfants peuvent être gênés au niveau physique, poursuit-elle avant de préciser : Cela peut entraîner des perturbations dans l’apprentissage.”

Cette thérapie est essentielle pour faire disparaître ces douleurs qui peuvent perturber la concentration et l’apprentissage. Raynane le sait et compte bien remporter cette nouvelle bataille.

Une précédente édition consacrée à Haïti

Cambodge : tourner le dos du passé grâce à l’art

En 2011, nous avons aussi découvert une école au Cambodge où l’enseignement de l’art, de la musique et des arts du cirque participait à l‘éducation des enfants des rues, favorisait leur insertion professionnelle et les aidait à surmonter les traumatismes du passé. Cinq ans après, nous faisons le point de la situation sur place.

Recueillir, scolariser et initier les enfants des rues à toutes les formes d’art, c’est le projet de l’association Phare Ponleu Selpak (Lumière de l’art en langue khmer). A Battambang, son école a pris en cinq ans, une nouvelle dimension : elle compte 1500 élèves (200 de plus qu’en 2011) et la professionnalisation est devenu un objectif. “J’ai commencé ma scolarité à Phare à l‘âge de 7 ans, mais j‘étais trop jeune pour prendre des cours de cirque, nous explique Phunam Pin, contorsionniste. C’est seulement à 13 ans que j’ai commencé, ajoute-t-elle, je trouve que Phare m’a apporté beaucoup de choses.”

Point de départ du projet :
en 1986, Véronique Decrop, une jeune Française professeure de dessin, crée des ateliers d’art dans le camp “Site 2” en Thaïlande, l’un des plus grands camps de réfugiés cambodgiens. Son but était alors d’aider les enfants à s’exprimer et à dépasser les traumatismes causés par les atrocités khmers rouges.

Neuf élèves fonderont plus tard, l‘école Phare Ponleu Selpak. L’un d’entre eux Det Kuon en deviendra le directeur artistique. “Cette formation permet aux jeunes de progresser dans les domaines artistiques, nous explique-t-il, mais cela leur permet aussi de retrouver leur identité nationale et de faire renaître notre art.”

Depuis notre première visite, beaucoup de choses ont changé sur place : les besoins spécifiques de toutes les catégories d‘âge ont été pris en compte. Pendant que les plus grands se professionnalisent, les 2-5 ans par exemple, sont désormais accueillis dans des bungalows qui font office d‘école maternelle.

Isabelle Drouillard copréside l’association : “Ce qui change vraiment depuis cinq ans chez Phare, c’est cette envie de professionnaliser nos jeunes et de leur donner un accès à l’emploi, insiste-t-elle. Pendant plusieurs années, le curriculum était de très bon niveau, mais on ne pensait pas assez à la suite, à l’entrée sur le marché de l’emploi et pour sortir les jeunes de la pauvreté, il faut un accès à l’emploi,” renchérit-elle.

Et pour créer de l’emploi et de l’activité, l‘école dispose désormais d’une nouvelle structure à Siem Reap, une ville à proximité des temples d’Angkor où près de trois millions de visiteurs se rendent chaque année. Chaque soir, les spectacles montés dans l‘école de Battambang y sont joués sous un chapiteau devant un public venu du monde entier. “L’art nous aide à nous exprimer, explique Dara, directeur du site. Les jeunes du Cambogde ont grâce à cela, un moyen de se guérir par l’expression, de raconter leur vie,” assure-t-il.

Au sein de la troupe, on trouve des profils et des histoires différentes. Celle de Phunam Pin est marquée par la pauvreté : enfant, elle ramassait des cannettes dans la rue pour gagner un peu d’argent pour sa famille. Elle a aussi subi des violences : son père a abusé d’elle quand elle était très jeune. Aujourd’hui, après plusieurs années de formation à Phare, elle est une contorsionniste renommée. “Avec Phare, je peux dire que je suis une star – même pas très connue – ; en tout cas, cela change ma vie,” se réjouit-elle.

Notre reportage tourné en 2011 au Cambodge

Prochain article

learning world