DERNIERE MINUTE

Minute de silence à Nice : le cortège de Manuel Valls hué par la foule

En ce troisième jour de deuil national, le Premier ministre Manuel Valls s'est rendu à Nice pour la minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat. Son cortège a été hué.

Vous lisez:

Minute de silence à Nice : le cortège de Manuel Valls hué par la foule

Taille du texte Aa Aa

Quatre jours après l’attentat de Nice, la foule réunie sur la Promenade des Anglais n’est pas seulement venue pour la minute de silence en hommage aux victimes.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Assassins ! Démission !"

Certains ont profité de la présence du Premier ministre Manuel Valls pour faire entendre leur colère, réclamant la démission du gouvernement. Les mots “démissions” et “assasins” ont été lancés à son encontre.

Marion Maréchal Le Pen, députée du Vaucluse, était également présente, alors que son parti, le Front National, fustige l’action du gouvernement en terme de lutte antiterroriste et demande aussi des démissions.

Parmi les milliers de personnes rassemblées sur la Promenade des Anglais, on a pu remarquer Hugo Lloris, le capitaine et gardien de l‘équipe de France de football, originaire de Nice et ancien joueur de l’OGC (le club de la ville).

En ce troisième jour de deuil national, le cortège officiel de Manuel Valls, accompagné notamment par la ministre de la santé Marisol Touraine, a de nouveau été hué lors de son départ.

Contrairement aux lendemains des attentats de Charlie Hebdo, il y a un an et demi, ou ceux du 13 novembre dernier, c’est la première fois qu’une minute de silence est ainsi perturbée par des cris de contestation.

Au même moment, François Hollande était au ministère de l’Intérieur, pour respecter une minute de silence très solennelle aux côtés de Bernard Cazeneuve. Des dizaines de membres de la police, de la gendarmerie et des pompiers se sont également recueillis.

Juste avant de se rendre place Beauvau, le président s‘était réuni avec ses ministres ce lundi matin pour un Conseil de défense, le troisième depuis l’attentat du 14 juillet. Le ministre de l’Intérieur a notamment annoncé la poursuite de l’opération Sentinelle et une surveillance accrue autour des lieux touristiques, des plages et des grandes manifestations.

avec AFP