DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France: le burkini divise à droite

monde

France: le burkini divise à droite

Publicité

Le burkini, une tenue de bain qui est en train de semer la discorde à droite. Au lendemain de la décision du Conseil d’Etat qui a suspendu un arrêté d’interdiction du burkini, le candidat à la primaire Sarkozy continue d’alimenter la polémique. Pour lui, il s’agit du symbole d’un islam extrêmiste qu’il faut combattre par la loi. En déplacement au Touquet pour un Campus des Jeunes Républicains, l’ancien président a fait le parallèle avec loi sur le voile intégrale votée en 2010.“Pour le burkini c’est exactement la meme chose. Tout d’un coup on voit fleurir, arriver sur certaines plages des jeunes femmes en burkini. Si la république est ferme, ça s’arrêtera. Il faut une loi qui interdise le port de burkinis sur les plages de France et dans les piscines de France.” Nicolas Sarkozy affirme que le port de cette tenue est en hausse. Pour rappel aucun comptage n’a été fait du nombre de femmes concernées.

A trois mois des primaires à droite, le favori des sondages, Alain Juppé, prend le contrepied, d’un Nicolas Sarkozy très agressif sur le sujet, et se pose en rassembleur. “Rassembler plutôt que chercher à cliver”, “rassembler plutôt que vouloir exclure ou stigmatiser”, “rassembler plutôt que d’exciter les surenchères” et “refuser toujours d’instrumentaliser les peurs, de flatter les bas instincts”, a-t-il lancé.
Un de ses plus fervents soutiens, M. Raffarin, y était allé encore plus fort à la tribune : “On ne gouverne pas avec la haine, la haine c’est la colère des faibles”, a-t-il dit sans toutefois ne citer aucun des adversaires à la primaire.

Avec 38% des intentions de vote à la primaire le maire de Bordeaux reste largement devant Nicolas Sarkozy, qui malgré une importante présence médiatique au mois d’août a perdu deux points d’intention de vote, retombant à 24%.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article