DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le "non" inattendu des Colombiens à l'accord de paix avec les Farc

Les Colombiens ont dit non à l'accord de paix avec les Farc. Ils ont rejeté le texte censé mettre fin à plus de 52 ans de conflit lors d'un référendum historique ce dimanche.

Vous lisez:

Le "non" inattendu des Colombiens à l'accord de paix avec les Farc

Taille du texte Aa Aa

Une petite majorité de Colombiens a rejeté l’accord de paix avec les Farc.

Point of view

Nous continuerons à utiliser la parole comme arme de construction de l'avenir

Rodrigo Londoño chef des Farc

50/50

Le “non” obtient en effet à peine plus de 50% des voix (50,21%), contre 49,78% pour le “oui” (99,98% des bulletins de vote dépouillés) lors d’un référendum historique voulu par Juan Manuel Santos.

Le président colombien – qui avait annoncé avant le scrutin qu’il n’y avait pas de plan B – a pris acte de ce rejet mais assuré que le cessez-le-feu négocié avec les Farc resterait en vigueur.

“Maintenant, nous allons décider tous ensemble quel chemin emprunter pour arriver à la paix, que nous désirons tous”, a assuré Juan Manuel Santos. “Je ne me rendrai pas. Je continuerai à œuvrer pour la paix jusqu‘à la dernière minute de mon mandat”.

Les Farc décidés à maintenir la voie du dialogue

Les dirigeants des Farc ont, eux, déploré ce résultat mais renouvelé leur détermination à privilégier la voie du dialogue.

“Nous continuerons à utiliser la parole comme arme de construction de l’avenir”, a ainsi déclaré Rodrigo Londoño, le chef de la guérilla marxiste, ajoutant que le peuple colombien “pouvait compter sur les Farc pour que la paix l’emporte”.

Un accord de paix insatisfaisant pour les partisans du non

Les partisans du non dénonçaient, de leur côté, un accord trop clément pour les Farc : les sanctions prévues sont jugées trop légères. Ils refusent également de voir d’anciens guérilléros participer à la vie politique du pays.

Pour leur représentant, Francisco Santos, “le triomphe du non, c’est le triomphe d’une paix plus large, qui nous concerne tous, une paix plus stable. Je dis aux Farc, ne vous inquiétez pas parce que nous irons au bout de ce processus”.

Vers une paix durable, malgré tout ?

L’accord de paix entre les autorités colombiennes et les Forces armées révolutionnaires de Colombie avait été signé le 26 septembre à la Havane, au terme de quatre ans de négociations pour mettre fin à plus d’un demi-siècle de conflit.

52 ans de conflit

Il prévoyait notamment le désarmement de plus de 5700 combattants et la transformation des Farc en mouvement politique légal.

Le conflit a fait plus de 260 000 morts, 45000 disparus et près de 7 millions de déplacés depuis 1964.