DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : Trump justifie ses frappes, Lavrov les dénonce


Syrie

Syrie : Trump justifie ses frappes, Lavrov les dénonce

Ces frappes contre une base militaire du régime syrien, Donald Trump les présente clairement comme des représailles à l’attaque à l’arme chimique de mardi dernier. Dans une allocution solennelle à la télévision, le visage grave, le président américain a appelé les nations civilisées à mettre fin au bain de sang en Syrie.

“Il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis d’empêcher et de dissuader la propagation et l’utilisation d’armes chimiques meurtrières, a déclaré l’hôte de la Maison-Blanche. Il n’y a aucun doute sur le fait que la Syrie a eu recours à des armes chimiques interdites, a violé les obligations de la convention des armes chimiques et a ignoré les exigences du Conseil de sécurité des Nations Unies.”

Des images amateur filmées à l’aide d’un téléphone portable montrent la base d’al-Chaaryate prise pour cible par les missiles américains.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a dénoncé une “agression” injustifiée selon lui.
“Bien entendu, cela a été fait pour des raisons complètement inventées, a-t-il estimé. Et cela nous rappelle la situation de 2003 lorsque les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, avec certains de leurs alliés, ont attaqué l’Irak sans l’accord du Conseil de sécurité, la plus grande violation du droit international. Mais à l‘époque, ils avaient essayé de produire quelques preuves. Cette fois, ils ne cherchent même pas à s’appuyer sur des faits, ils montrent juste quelques photos et spéculent sur des photos d’enfants.”

Ces frappes interviennent avant la visite à Moscou du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson mardi et mercredi. Pour le Kremlin, cette intervention américaine représente une volte-face de Donald Trump, qui prônait depuis des mois une normalisation des relations avec Moscou.

Les réfugiés syriens veulent "plus de bombardements" contre Bachar al-Assad

Syrie

Les réfugiés syriens veulent "plus de bombardements" contre Bachar al-Assad