DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Aide aux migrants : "Herrou continuera"


France

Aide aux migrants : "Herrou continuera"

En France, Cédric Herrou a été condamné ce mardi à 4 mois de prison avec sursis pour “aide à l’immigration clandestine”.

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a eu la main plus lourde que le tribunal de première instance qui l’avait condamné à 3 000 euros d’amende avec sursis “pour avoir transporté des migrants de la frontière italienne jusqu‘à chez lui en 2016 et organisé un camp d’accueil de réfugiés dans un ancien local désaffecté de la SNCF à Saint-Dalmas-de-Tende, dans les Alpes-Maritimes” comme le rappelle Mediapart

Le président de la cour d’appel a parlé d’une “peine d’avertissement”.

L’avocat de l’agriculteur, Me Zia Oloumi, dénonce une politisation de la justice. “On a cette impression que l’État a envie de neutraliser monsieur Herrou tout ça parce que l’affaire a été médiatisée. Ça n’est pas moi qui le dit : déjà en première instance, le procureur de la République de Nice le disait. Vous avez médiatisé, c’est pour ça qu’on vous poursuit“, a expliqué son conseil à Euronews.

Me Oloumi a également confirmé à notre chaîne qu’il formera un pourvoi en cassation ce jeudi. Et s’ils n’obtiennent pas gain de cause, ils iront devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Cette condamnation a une peine de prison avec sursis n’a pas démotivé Cédric Herrou. Il a annoncé qu’il poursuivrait son combat en faveur des migrants de la vallée de la Roya. Son avocat confirme : “Il continuera à faire ce qu’on lui a appris quand il était enfant, c’est-à-dire venir en aide, sans contrepartie, aux personnes qui se trouvent en situation irrégulière ou non. Là n’est pas la question. Ces gens sont des demandeurs d’asile, ils ont besoin d’aide. Il essaie de les aider en leur permettant de pouvoir déposer leur demande d’asile ou pour faire une pause chez lui après un long voyage“.



L’agriculteur âgé de 38 ans a reçu de nombreux message de soutien dès sa sortie de la cour d’appel, notamment sur les réseaux sociaux.

Le 24 juillet dernier, l’agriculteur a de nouveau été interpellé en gare de Cannes avec 156 migrants qu’il accompagnait pour s’enregistrer à Marseille. Après une garde à vue prolongée, la sixième depuis 2016, Cédric Herrou a été mis en examen pour “aide à la circulation et au séjour d‘étrangers“, et placé sous contrôle judiciaire avec notamment interdiction de quitter le territoire et d’accéder aux gares des Alpes-Maritimes.

Avec agence (AFP)