DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hongrie : TI dénonce l'usage des fonds européens

Selon l'ONG, le recul de l'Etat de droit a favorisé la surévaluation des projets et de nombreuses décisions biaisées.

Vous lisez:

Hongrie : TI dénonce l'usage des fonds européens

Taille du texte Aa Aa

A l'occasion de la journée internationale de lutte contre la corruption ce 9 novembre, Transparency International dénonce la corruption liée à l'attribution des fonds européens.

D'après l'ONG la Hongrie en est l'un des plus grand pays bénéficiaires, avec environ 25 milliards d'euros prévus dans le cycle budgétaire en cours (2014-2020).

Mais pour le bureau hongrois, le recul de l'Etat de droit dans le pays a favorisé l'ancrage d'une corruption systémique.

"Selon nous, les fonds européens sont accordés de manière biaisée en Hongrie. La plupart des projets sont surévalués et les fonds sont souvent gaspillés dans des objectifs injustifiés. Au cours du cycle budgétaire actuel, des centaines de millions de forains de fonds publics européens sont tombées dans de mauvaises mains" a affirmé lors d'une conférence de presse József Péter Martin, directeur exécutif de Transparency International Hongrie.

La semaine passée, trois ancien commissaires européens (Pascal Lamy, Franz Fischler etYannis Paleokrassas) et un ancien ministre allemand des Finances (Hans Eichel) ont invité la Commission à suspendre les fonds accordés la Hongrie jusqu'au "retour des libertés démocratiques fondamentales", dénonçant notamment la main mise du parti au pouvoir sur les institutions publiques.

Selon les auteurs, 95% des investissements publics en Hongrie sont cofinancés par l'Union européenne, malgré les récentes querelles entre le premier ministre Viktor Orban et Bruxelles, notamment sur la question de l'accueil des réfugiés.

Andrea Hajagos - euronews :

"Il n'y a pas qu'en Hongrie. C'est dans toute l'Europe que l'Etat de droit est en crise, selon le directeur du bureau européen de Transparency International. Si Bruxelles ne fait rien face à cette nouvelle génération d'autocrates, la corruption ne pourra qu'augmenter".