DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un arsenal de robots suréquipés pour explorer les fonds marins

Vous lisez:

Un arsenal de robots suréquipés pour explorer les fonds marins

Taille du texte Aa Aa

À Sines au Portugal, notre reporter Julián López Gómez a découvert des engins étonnants : "Ils ressemblent un peu à des jouets, mais ce sont des robots sous-marins sophistiqués et équipés de multiples capteurs et hydrophones, nous montre-t-il. Ils peuvent constituer un essaim de machines destiné à explorer les fonds marins grâce à la technologie des sonars et c'est loin d'être un jeu d'enfant," fait remarquer notre journaliste.

Les chercheurs qui les ont conçus dans le cadre d'un projet européen appelé WiMUST entendent bien révolutionner l'exploration sous-marine. Ce jour-là, ils s'apprêtent à tester leur technologie lors d'un exercice grandeur nature qui s'annonce complexe. Leur dispositif intègre deux petits catamarans, un essaim de robots sous-marins munis d'hydrophones, des dizaines d'ordinateurs et des centaines de signaux sonar.

"Les tic-tic-tic que vous entendez, ce sont des impulsions électriques, explique l'un des participants au test, Elbert Kelholt, ingénieur électrique de Geo Marine Survey Systems. Il y a beaucoup d'électrodes placées dans l'eau, à 10 cm les unes des autres et nous avons aussi de petites batteries de deux kilovolts sur les catamarans et c'est ce qui produit cette onde sonore, précise-t-il. L'impulsion du sonar descend jusqu'au fond, pénètre le plancher marin et au contact de chaque couche, il y aura un écho et les hydrophones enregistrent ces sons, dit-il avant d'ajouter : Ensuite, grâce à une analyse approfondie par ordinateur, on peut grâce à ces échos, avoir une idée des couches qui se trouvent sous le plancher marin."

Partage d'informations

Ces robots peuvent former un arsenal acoustique intelligent, contrôlable, étendu et reconfigurable. L'idée, c'est qu'ils puissent travailler en équipe grâce à un partage d'informations.

"On voulait avoir un maximum de véhicules autonomes sous l'eau, indique un autre membre de l'équipe, Luís Sebastião, ingénieur électrique à l'Université de Lisbonne. Notre solution s'appuie sur les horloges atomiques : on a équipé chaque robot d'une horloge atomique - c'était impossible à faire il y a quelques années - et c'est ce qui nous permet de sécuriser la navigation de nos robots, fait-il remarquer. Mais il faut voir également comment ils contrôlent leur navigation en se coordonnant les uns les autres : ils savent où ils sont grâce à la géolocalisation et ils doivent effectuer des manœuvres pour être toujours ensemble tout en connaissant leur position à chaque étape de leur mission," poursuit-il.

L'exploration sous-marine par sonar nécessite aujourd'hui, de grands navires, des sources acoustiques puissantes et des équipements onéreux. Dans ce contexte, l'essaim de robots élaboré par cette équipe peut présenter des avantages.

"Ces véhicules autonomes peuvent se placer dans n'importe quelle configuration selon la situation qu'ils rencontrent sous l'eau, détaille Giovanni Indiveri, coordinateur du projet et chercheur en ingéniérie de contrôle à l'Université du Salento (Italie). Et comme le système d'acquisition de données fonctionne essentiellement comme une antenne, la flexibilité de l'essaim robotisé est un grand avantage parce qu'elle permet d'optimiser les mécanismes de réception de ces signaux," souligne-t-il.

Tout type de missions

Ces scientifiques estiment que leur dispositif peut intégrer tout type de missions dans lesquelles la cartographie et l'analyse du plancher marin, ainsi que l'exploration sismique sont essentielles. "Cette technologie est utilisée dans la construction et l'installation d'équipements et également à grande échelle pour la recherche minière, pétrolière et gazière," précise Laurent Dollon, responsable de l'innovation marine chez CGG, autre partenaire du projet.

D'après les chercheurs, d'autres applications sont possibles dans la recherche et le sauvetage, le suivi environnemental, les opérations de surveillance, la détection de fuites d'hydrocarbures, la pêche ou encore l'archéologie sous-marine.

Un autre projet de recherche européen sur les robots sous-marins autonomes à découvrir sur euronews.

Plus de futuris