DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Budget européen : les baisses et les hausses

Vous lisez:

Budget européen : les baisses et les hausses

Taille du texte Aa Aa

Le cadre financier pluriannuel. C'est le petit nom de ce budget sur sept ans. Il est censé refléter les priorités de l'Union européenne pour les années à venir.

De 2021 à 2027, l'enveloppe proposée par Bruxelles est donc de 1.279 milliards d'euros.

Pour dépenser un peu plus à 27 qu'à 28, il va falloir raboter certaines dépenses. Et c'est la politique agricole commune et la politique de cohésion qui ont été désignées.

L'idée est de réduire d'environ 5% les aides dans ces deux secteurs qui pèsent très lourd, 37% du budget total pour l'agriculture, et un bon tiers pour la cohésion, comprenez les aides régionales.

Mais alors, où iront les augmentations de budget ? En premier lieu, à la gestion des frontières.

L'exécutif européen veut presque tripler les dépenses liées au contrôle des frontières extérieures de l'Union, à l'immigration et à l'asile. Ce poste atteindrait presque 33 milliards d'euros au lieu des 13 milliards actuels. De quoi faire passer progressivement à 10. 000 les effectifs de l'agence Frontex.

Autres domaines dans lesquels Bruxelles veut mettre les moyens : la recherche et l'éducation. Grands gagnants : les programmes d'innovation Horizon Europe et Euratom. Les jeunes ne sont pas en reste, avec 30 milliards d'euros pour Erasmus+ et 1,3 milliard pour le corps européen de solidarité.

Pour financer tout cela, la Commission suggère de nouvelles ressources propres à l'Union européenne. Des revenus qui pourraient venir des permis de polluer, d'une nouvelle assiette commune pour l'impôt sur les sociétés ou d'une taxe sur les déchets plastiques.

Chaque pays n'en sera pas moins appelé à verser davantage au pot commun, car avec le départ du Royaume-Uni, ce sont quelque 14 milliards d'euros par an qui manqueront dans les caisses de l'Union. Autant dire que les marchandages s'annoncent houleux.