DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Hongrie, le cri d'alarme des ONG

Vous lisez:

En Hongrie, le cri d'alarme des ONG

En Hongrie, le cri d'alarme des ONG
Taille du texte Aa Aa

En Hongrie, le nouveau parlement issue des dernières élections législatives tiendra sa première session le 8 mai prochain. Disposant désormais d'une majorité des deux tiers, le gouvernement de Viktor Orban entend faire adopter rapidement un paquet législatif qui obligerait les ONG aidant les réfugiés à soumettre leurs activités au ministère de l'Intérieur sous peine d'interdiction.

Au grand dam de la société civile qui a déjà manifesté plusieurs fois depuis les dernières élections.

József Péter Martin, Transparency International : "Ce projet de loi appelé 'Stop Soros' stipule actuellement qu'il ne s'appliquera qu'aux organisations qui s'occupent des migrants. Or Transparency International Hongrie ne s'est jamais occupé de ces questions contrairement à nos autres sections dans le monde qui suivent les dossiers d'asile et de migration."

Si toutes les organisations non gouvernementales ne seront pas directement ciblées par la future loi hongroise, beaucoup s'inquiètent et se montrent solidaires.

Júlia Iván, Amnesty International : "La pression sur la société civile devient très sérieuse. Pensez à la liste de ces personnes publiée dans la presse (accusées de soutenir le milliardaire George Soros, ndlr) et aux menaces régulières du gouvernement. Cela signifie que nous devons prendre toutes les précautions pour continuer notre travail car il s'agit d'une campagne politique, or il n'y a pas de base juridique pour cela. Ce paquet de législatif est totalement anticonstitutionnel."

Malgré les mises en garde et la surveillance de l'Union européenne, le projet de loi prévoit également de taxer à hauteur de 25% les ONG financées par des organisations étrangères.

Avec Agences