Cet article n'est pas disponible depuis votre région

À l'approche de Noël, Paris limite les voyages vers et depuis le Royaume-Uni

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Une femme portant une visière marche à Londres, le 16 décembre 2021
Une femme portant une visière marche à Londres, le 16 décembre 2021   -   Tous droits réservés  Alberto Pezzali/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved   -  

À l'approche des fêtes de fin d'année, la France va rétablir à partir de samedi l'obligation de justifier de "motifs impérieux" pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni, où les contaminations ont atteint jeudi un nouveau record, avec 88 000 cas de Covid-19 en 24 heures.

Cette flambée épidémique liée au variant Omicron a poussé les Britanniques à bouleverser leurs plans pour les fêtes de Noël : "Christmas parties" d'entreprises ou spectacles annulés dans le quartier de West End, à Londres, projets de voyage en France qui tombent à l'eau.

La reine Elizabeth II, âgée de 95 ans, a elle aussi renoncé à sa traditionnelle réunion de famille, qui devait rassembler une cinquantaine de personnes mardi au château de Windsor.

La validité des tests au départ du Royaume-Uni a été réduite de 48 à 24 heures et un système d'isolement à l'arrivée en France est également instauré, a annoncé le gouvernement français, tout en appelant tous les voyageurs à "reporter leur voyage" au Royaume-Uni.

Limiter les cas d'Omicron en France pour gagner du temps

L'objectif de ces restrictions est de "ralentir au maximum l'arrivée de cas de variant Omicron sur notre sol, le temps qu'on vaccine avec des doses de rappel", selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Il a indiqué que 240 cas du variant Omicron avaient été détectés, mais estimé qu'"il y en a probablement plus" en France. Près de 3 000 patients sont actuellement en réanimation dans le pays et le chiffre devrait atteindre 4 000 au moment des fêtes de fin d'année, selon lui.

Un conseil de défense sanitaire doit se tenir vendredi, à l'heure où de nouvelles mesures sanitaires sont sur la table.

À Bruxelles, la difficile coordination face à la progression du nouveau variant était au coeur du sommet des dirigeants des Vingt-Sept jeudi, alors qu'Omicron pourrait devenir dominant en Europe d'ici mi-janvier, selon la Commission européenne.

Certains pays comme l'Irlande, le Portugal, l'Italie et la Grèce imposent déjà aux voyageurs européens, même vaccinés, de présenter un test négatif pour pouvoir entrer sur leur territoire.

"L'extension de la vaccination à tous et l'administration des doses de rappel sont cruciales et urgentes", ont indiqué les leaders à l'issue d'un débat sur la propagation du nouveau variant.

"C'est une course contre la montre", a commenté le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Quelque 67% de la population européenne est pleinement vaccinée mais ce taux est inférieur à 50% dans trois pays (Bulgarie, Roumanie, Slovaquie).

Un pass vaccinal pour les voyages intra-européens

Bruxelles s'apprête à fixer à neuf mois, après une première vaccination complète, la durée de validité du certificat vaccinal contre le Covid-19 pour les voyages intra-européens, afin d'encourager les rappels, a-t-on appris jeudi auprès de la Commission et du Conseil.

Lors d'un sommet à Bruxelles, les dirigeants ont souligné "l'importance d'une approche coordonnée sur la validité du certificat de vaccination anti-Covid de l'UE et ont pris note du fait que la Commission adoptera un acte délégué sur la question", selon les conclusions publiées jeudi.

Cet acte délégué, qui a une valeur contraignante, doit être adopté la semaine prochaine par l'exécutif européen, et devrait entrer en vigueur en février, a-t-on appris de sources européennes.

Si l'UE réglemente l'usage de ce certificat Covid dans le cadre des voyages intra-européens, son utilisation par les Etats membres à d'autres fins (accès aux restaurants, concerts ou autres évènements) relève quant à elle des législations nationales.

Cette durée de neuf mois tient compte des orientations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) concernant l'administration de doses de rappel après une période de six mois, en raison de la baisse d'efficacité vaccinale. Elle prévoit une période supplémentaire de trois mois pour permettre aux Etats d'adapter leur campagne de vaccination, avait précisé Bruxelles.

La durée de validité de la vaccination après une dose de rappel n'est en revanche pas déterminée à ce stade.

Des traitements sur le marché ?

Le Danemark est devenu jeudi le premier pays de l'UE à autoriser le traitement anti-Covid molnupiravir du laboratoire américain Merck, pour les patients à risque présentant des symptômes. Parallèlement, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé deux nouveaux traitements contre le Covid-19, le traitement par anticorps monoclonal de GlaxoSmithKline ainsi qu'un médicament immunosuppresseur déjà autorisé dans l'UE pour le traitement de diverses affections inflammatoires.

Le traitement de GSK "réduit considérablement" les hospitalisations chez les patients à risque, selon l'EMA. Quant au traitement Kineret du Suédois Sobi, il peut "empêcher le développement d'une insuffisance respiratoire sévère chez les patients atteints du Covid-19".

L'agence a par ailleurs approuvé l'utilisation en cas d'urgence dans l'UE de la pilule anti-Covid de Pfizer, qui n'a pas encore reçu une autorisation complète de mise sur le marché.

Mortalité record en Pologne depuis avril

En Pologne, un premier cas de variant Omicron a été détecté, il s'agit d'un citoyen du Lesotho qui avait participé au sommet digital de l'ONU de Katowice la semaine dernière.

Dans le pays, la mortalité a atteint des sommets avec 669 décès en 24 heures, au plus haut depuis avril, et près de 25 000 contaminations ont été enregistrées. Les autorités ont donc décidé de prendre des mesures de restrictions, en limitant le nombre de personnes dans les restaurants, les bars, les hôtels, les cinémas et les églises. Il sera également interdit de manger et boire pendant les séances de cinéma.

Les boîtes de nuit sont aussi fermées jusqu'à nouvel ordre, à l'exception du 31 décembre où des jauges et un protocole sanitaire strict vont y être imposées. L'enseignement à distance est également mis en place jusqu'au 9 janvier pour les écoliers.