Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Guerre en Ukraine : les civils de Marioupol dans l'attente d'une évacuation

Access to the comments Discussion
Par Camille Pauvarel  & Euronews
Un soldat ukrainien près de Kyiv, Ukraine.
Un soldat ukrainien près de Kyiv, Ukraine.   -   Tous droits réservés  AP Photo   -  

Selon Kyiv, les Russes ont quitté la centrale nucléaire de Tchernobyl, qu’ils occupaient depuis le début de la guerre, le 24 février. Les autorités ukrainiennes se disent sceptiques quant à la promesse de la Russie de retirer ses troupes autour de la capitale.

Loin de croire à un apaisement du conflit, elles craignent une intensification des attaques sur l'Est du pays."Dans le Donbass, à Marioupol, et en direction de Kharkiv, les troupes russes accumulent leur potentiel offensif, de puissantes offensives, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un discours vidéo. Nous nous défendrons. Nous ferons tout pour arrêter les occupants et nettoyer notre terre de leurs chimères méchantes et absurdes. "

Dans la ville assiégée et durement frappée de Marioupol, les craintes autour du respect des couloirs humanitaires sont toujours de mise. Le ministère de la défense russe avait annoncé mercredi soir un cessez-le-feu jeudi à partir de 10 heures pour permettre l'évacuation des civils.

Selon plusieurs organisations, environ 160 000 personnes seraient bloquées dans la ville portuaire du sud-est où au moins 5 000 ont été tuées, d'après le gouvernement ukrainien.

Les autorités disent que les tentatives d'évacuations et aides ont été perturbées par les forces russes, notamment l'acheminement de 45 bus vers Marioupol.

D'après les services de renseignement britannique, la Russie est en train de déployer ses soldats stationnés en Géorgie vers l'Ukraine, un signe supplémentaire de la tournure inattendue de cette guerre. Londres et Washington soulignent que le président russe serait mal informé par son entourage.

"Il y a beaucoup de spéculations, et il semble - je ne dis pas cela avec certitude - que Vladimir Poutine s'est auto-isolé, a affirmé le président américain Joe Biden. Il y a des indications qu'il a licencié ou assigné à résidence certains de ses conseillers. Mais je ne veux pas accorder trop d'importance à cela pour le moment, car nous n'avons pas beaucoup de preuves tangibles".

La pression sur plusieurs villes ukrainiennes est toujours forte. A Kharkiv, deuxième ville du pays, des quartiers entiers ont été rasés, au moins 1 500 bâtiments ont été détruits ou lourdement endommagés selon les autorités locales.

En cinq semaine, la guerre a fait plusieurs milliers de morts et fait fuir plus de quatre millions d'Ukrainiens hors du pays. Un conflit qui risque de s'éterniser selon Washington.