La Russie est-elle capable de surmonter cette tempête économique ?

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Valdimir Putin
Valdimir Putin   -   Tous droits réservés  THIBAULT CAMUS/AFP   -  

Cette semaine, l'émission "The State of the Union"revient sur la nouvelle série de sanctions imposée à la Russie. Le président Vladimir Poutine devra-t-il déclarer faillite ?

Pour en parler, le journaliste Stefan Grobe a interviewé Adnan Vatansever, le directeur par intérim de l'Institut russe au King's College de Londres.

Question : Poutine est le plus ancien dirigeant russe depuis Staline et a présidé une période de relative prospérité économique. Cette période touche-t-elle à sa fin ?

Vatansever :"En effet. Il s'agit d'une période de prospérité économique assez importante, qui a coïncidé avec l'arrivée au pouvoir de Poutine. Maintenant, est-ce vraiment la fin ? Eh bien, il faut remonter à huit ans, voire neuf ans en arrière. Juste avant le lancement des sanctions en 2014, l'économie russe était déjà en difficulté en termes de croissance, mais elle offrait encore une certaine prospérité à ses citoyens, car la croissance était toujours en cours. Maintenant, avec la crise actuelle, avec la guerre qu'elle a déclenchée, il est très probable que cela ait un impact beaucoup plus grave sur l'économie".

Question : Les Russes ordinaires ressentent-ils déjà l'effet des sanctions ?

Vatansever :"Oui,__ le premier impact dont ils ont été témoins a été de faire la queue dans différentes banques pour retirer des dépôts. Maintenant,le pire qui était attendu ne s'est pas encore produit. Il n'y a pas eu d'effondrement bancaire en Russie.Mais de nombreux Russes ont probablement perdu une part importante de leurs économies en raison de l'énorme dévaluation de la monnaie russe.Beaucoup d'entre eux n'étaient absolument pas préparés à la guerre.

Comme vous le savez, les responsables politiques et les médias russes ont déclaré qu'il n'y aurait pas de guerre. Certains croient encore qu'il n'y aura pas de guerre. Et à cause de ce manque de préparation, beaucoup se sont retrouvés pris au dépourvu et ont perdu une part importante de leurs économies à cause de la dévaluation.

En dehors de cela, le chômage n'est pas encore apparu comme un problème extrêmement explosif. Mais étant donné que plus de quelques centaines d'entreprises ont décidé de quitter la Russie ou de réduire leurs investissements, il est très probable que ce problème devienne également beaucoup plus explosif dans les mois à venir".

Question : La Russie pourrait faire défaut sur sa dette. Qu'est-ce que cela signifierait pour le pays ?

Vatansever : "Si le défaut de paiement se produit, il s'agira d'une évolution assez importante pour ce grand pays émergent, qui ne pourra pas rembourser sa dette. En général, cela signifierait des coûts d'emprunt beaucoup plus élevés et une baisse potentielle du niveau de vie. Mais il faut aussi mettre cela en perspective.

La Russie a déjà connu un défaut de paiement important en 1998, et ce défaut a été suivi d'années de prospérité croissante. Mais à l'époque, les choses étaient différentes. Il s'agissait des premières années du mandat de Vladimir Poutine, qui était à la tête d'un État et d'un cabinet très réformiste, et qui a réalisé un grand nombre de réformes.

D'un autre côté, il convient également de noter que la manière dont les donateurs percevront ce défaut de paiement n'est pas claire, car les défauts de paiement surviennent généralement lorsque les États ne sont pas en mesure de payer parce qu'ils n'ont pas l'argent pour le faire.

Dans ce cas, le défaut ne sera pas dû au fait que la Russie n'a pas l'argent. C'est parce que la Russie n'a pas accès à cet argent, et on ne sait pas très bien où les donateurs feront cette distinction à l'avenir, lorsqu'ils décideront un jour de revenir en Russie".

Journaliste • Stefan Grobe