This content is not available in your region

Faute d'alliés, la Russie renonce à un vote sur l'Ukraine au Conseil de sécurité de l'ONU

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
L'ambassadeur russe auprès de l'ONU, Vassily Nebenzia, au Conseil de sécurité de l'ONU, New York, le 17 mars 2022
L'ambassadeur russe auprès de l'ONU, Vassily Nebenzia, au Conseil de sécurité de l'ONU, New York, le 17 mars 2022   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Les accusations contre Moscou de commettre des crimes de guerre en Ukraine se sont multipliées jeudi, à mesure que les victimes civiles augmentaient dans des attaques sanglantes menées par l'armée russe.

Et Moscou semble de plus en plus isolée. La Russie a renoncé à tenir vendredi un vote au Conseil de sécurité de l'ONU sur une résolution liée à la guerre en Ukraine, faute de soutien de ses plus proches alliés, ont indiqué jeudi à l'AFP des diplomates.

Un texte "cynique"

Le texte, initié par Moscou, condamnait "les attaques de civils" et réclamait leur protection pour garantir leur des départ des villes ukrainiennes. "Un jeu cynique" a réagit l'ambassadrice britannique auprès de l'ONU Barbara Woodward.

"Ils ont fait appel au co-parrainage" pour leur texte portant selon eux sur l'humanitaire "et il n'y a pas eu de retour", a indiqué un ambassadeur sous couvert d'anonymat, laissant entendre que ni la Chine ni l'Inde ne soutenaient l'initiative controversée russe et n'auraient voté en sa faveur.

"Nous avons décidé de ne pas demander la mise aux voix" de cette résolution vendredi, a déclaré au Conseil de sécurité l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, sans un regard pour ses homologues, l'oeil rivé sur son texte.

Biden doit parler à Xi Jinping

Plantant le décor à quelques heures d'un échange entre Joe Biden et Xi Jinping, les Etats-Unis ont fait savoir jeudi que la Chine s'exposerait à des représailles si elle devait "soutenir l'agression russe" contre l'Ukraine.

"Nous sommes préoccupés par le fait qu'ils envisagent d'assister directement la Russie avec de l'équipement militaire qui serait utilisé en Ukraine. Le président Biden va parler au président Xi demain, et lui dira clairement que la Chine portera une responsabilité pour tout acte visant à soutenir l'agression russe, et que nous n'hésiterons pas à lui imposer des coûts", a déclaré jeudi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Depuis le début de l'invasion russe le 24 février, le régime communiste chinois, privilégiant sa relation avec Moscou et partageant avec la Russie une profonde hostilité envers les Etats-Unis, s'est abstenu d'appeler le président russe Vladimir Poutine à retirer ses troupes d'Ukraine.

Mais l'"amitié sans limite" professée par Pékin et Moscou est mise à l'épreuve par la guerre en Ukraine, le régime du président Xi Jinping semblant avoir été surpris par la résistance ukrainienne à l'offensive russe et par la vigueur des sanctions occidentales.

Au-delà de la question d'une éventuelle assistance militaire à la Russie, Washington ne veut pas que la Chine aide à Moscou à atténuer l'impact de ces sanctions d'une sévérité jamais vues, censées étrangler financièrement et économiquement le régime de Vladimir Poutine. Pékin semble pour sa part ne pas vouloir saper ses relations avec l'occident, et tente de garder une certaine neutralité sur le conflit en Ukraine.