Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Sécuriser les prix et l’approvisionnement de l’énergie en Europe

Access to the comments Discussion
Par Shona Murray  & Euronews
Sécuriser les prix et l’approvisionnement de l’énergie en Europe
Tous droits réservés  Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2022 The Associated Press   -  

Comment répondre à la hausse des prix de l'énergie en Europe? Cette question va occuper une partie des discussions lors du sommet jeudi et vendredi entre les chefs d'Etat et de gouvernement de l’UE. Mais les 27 n'ont pas la même approche sur la façon de protéger les consommateurs et l'activité économique.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a fait le tour des capitales pour défendre l'idée d’un plafonnement des coûts. Il souhaite aussi découpler les prix du gaz et de l'électricité.

"Les prix actuellement sur le marché ne reflètent pas la réalité. Nous devons donc prendre des mesures au niveau européen, tant du côté de l'offre que du côté de la formation des prix, afin de protéger nos citoyens et notre industrie", insiste le responsable espagnol.

L'initiative semble avoir convaincu plusieurs Etats membres du sud tels que l'Italie, la Grèce et le Portugal mais aussi la France, la Belgique et des pays d'Europe centrale. Mais certains Etats membres, comme l'Allemagne et les Pays-Bas, ne veulent pas d'intervention sur le marché de l'énergie.

Dans le même temps, la Commission européenne veut s'assurer que les stocks de gaz soient remplis à 90% de leur capacité d'ici l'automne prochain afin de pouvoir faire face aux risques de perturbation des approvisionnements. Mais l'institution est prête à écouter toutes les idées.

"Nous devons trouver les meilleures solutions pour résoudre cela. Notre intention est de travailler sur les meilleures options possibles pour les chefs d'Etat et de gouvernement car chaque option a ses avantages et ses inconvénients", explique le vice-président de la Commission Maros Sefcovic.

L'institution veut réduire de deux tiers d'ici la fin de l'année les importations de gaz russe et veut mettre un terme à cette dépendance avant 2030.