Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Turquie : Erdogan refuse de réviser la loi antiterroriste comme le veut l'UE

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
Turquie : Erdogan refuse de réviser la loi antiterroriste comme le veut l'UE

<p>Recep Tayyip Erdogan n’acceptera pas toutes les exigences de Bruxelles pour obtenir une suppression des visas pour les citoyens turcs. Dans un discours à Istanbul, le président a refusé ce vendredi de redéfinir la loi antiterroriste, jugée trop large par l’Union européenne. La récente manifestation de sympathisants du <span class="caps">PKK</span> à Bruxelles lui reste en travers de la gorge.</p> <p>Erdogan a adressé un message aux pays de l’Union : <em>“Vous laissez les terroristes installer des tentes, leur offrant ainsi l’occasion de s’exprimer au nom de la démocratie. Et ensuite, vous nous demandez de changer la loi antiterroriste pour lever les visas. Alors désolé, nous irons de notre côté et vous du vôtre.”</em></p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Turquie: l'ambassadeur de Belgique convoqué pour une tente du <span class="caps">PKK</span> dressée à Bruxelles <a href="https://t.co/EDokVjwU1I">https://t.co/EDokVjwU1I</a></p>— <span class="caps">RTBF</span> info (@RTBFinfo) <a href="https://twitter.com/RTBFinfo/status/711654718007844865">20 mars 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Recep Tayyip Erdogan a également profité de ce discours pour rappeler l’importance, pour la Turquie, de passer d’un système parlementaire à un régime présidentiel :</p> <p><em>“Le régime présidentiel n’est pas lié directement à moi. Une nouvelle Constitution et un système présidentiel sont une nécessité urgente”,</em> a déclaré le président turc qui souhaite soumettre rapidement cette réforme à référendum.</p> <p>L’homme fort de la Turquie s’exprimait au lendemain de l’annonce de la démission du Premier ministre Ahmet Davutoglu, sur fond de divergences avec le chef de l’Etat. Les deux hommes se sont opposés récemment sur plusieurs dossiers, notamment sur celui des migrants.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Turquie: après le départ de Davutoglu, Erdogan vers un pouvoir incontestable <a href="https://t.co/ipGluCttpj">https://t.co/ipGluCttpj</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/AFP?src=hash">#AFP</a> <a href="https://t.co/yvHK8h5iLH">pic.twitter.com/yvHK8h5iLH</a></p>— Agence France-Presse (@afpfr) <a href="https://twitter.com/afpfr/status/728567771374575618">6 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Turquie : Erdogan aura “plus d'influence sur l'<span class="caps">AKP</span> et le gouvernement” après le départ d'Ahmet Davutoglu <a href="https://t.co/TwLixO6JBG">https://t.co/TwLixO6JBG</a></p>— euronews en français (@euronewsfr) <a href="https://twitter.com/euronewsfr/status/728292953504915456">5 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>