DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tensions au Brésil après la prestation de serment de Michel Temer

monde

Tensions au Brésil après la prestation de serment de Michel Temer

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Des voitures de police attaquées, des vitrines fracassées, les brigades anti-émeutes chargent des manifestants à Sao Paulo. La tension est montée d’un cran cette nuit dans la ville, située au Sud-Est du Brésil, après le message télévisé du nouveau président Michel Temer.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues pour protester contre la destitution de Dilma Roussef.
Au même moment, d’autres Brésiliens, ont, au contraire, célébré sa mise à l‘écart. L’ex-dirigeante de gauche qui clame son innoncence, a été officiellement démise de ses fonctions après un vote au Sénat, hier. Plus des deux tiers des sénateurs brésiliens l’ont jugée coupable de maquillages de comptes publics.

Dilma Roussef a réagi : “ils pensent qu’ils ont gagné, mais ils ont tort. Je sais que nous nous battrons tous. Ils vont devoir faire face à l’opposition la plus forte et la plus vigoureuse qu’un gouvernement putschiste ait affrontée.”
Elle a dénoncé un coup d’Etat parlementaire avant de diriger ses critiques contre Michel Temer, son ancien vice-président de centre-droit, artisan de sa chute.

Michel Temer a été formellement investi à la tête du pays, lors d’une brève cérémonie de prestation de serment au Parlement. A 75 ans, il hérite d’un court mandat qui expirera à la fin de l’année 2018.
Fin stratège mais très impopulaire, Michel Temer prend les rênes d’un pays en crise, marqué par la récession, un fort taux chômage et des scandales de corruption qui ont jeté le discrédit sur la classe politique.

Avec agences

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article