PUBLICITÉ

Tensions au Brésil après la prestation de serment de Michel Temer

Tensions au Brésil après la prestation de serment de Michel Temer
Tous droits réservés 
Par Claire Sergent
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des voitures de police attaquées, des vitrines fracassées, les brigades anti-émeutes chargent des manifestants à Sao Paulo.

PUBLICITÉ

Des voitures de police attaquées, des vitrines fracassées, les brigades anti-émeutes chargent des manifestants à Sao Paulo. La tension est montée d’un cran cette nuit dans la ville, située au Sud-Est du Brésil, après le message télévisé du nouveau président Michel Temer.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues pour protester contre la destitution de Dilma Roussef.
Au même moment, d’autres Brésiliens, ont, au contraire, célébré sa mise à l‘écart. L’ex-dirigeante de gauche qui clame son innoncence, a été officiellement démise de ses fonctions après un vote au Sénat, hier. Plus des deux tiers des sénateurs brésiliens l’ont jugée coupable de maquillages de comptes publics.

Brésil : Bye bye Rousseff, bonjour les divisions (liberation.fr) https://t.co/VhJJOzFJM1pic.twitter.com/pDZpZEoNWk

— 1001portails.com (@1001portails) 1 septembre 2016

Dilma Roussef a réagi : “ils pensent qu’ils ont gagné, mais ils ont tort. Je sais que nous nous battrons tous. Ils vont devoir faire face à l’opposition la plus forte et la plus vigoureuse qu’un gouvernement putschiste ait affrontée.”
Elle a dénoncé un coup d’Etat parlementaire avant de diriger ses critiques contre Michel Temer, son ancien vice-président de centre-droit, artisan de sa chute.

C'est moi le #Bresil où – de 70 pers peuvent destituer une présidente! On m'oublie? #CoucouJexiste#NuitDeboutpic.twitter.com/JNZd8mXWCz

— Nuit Debout (@nuitdebout) 1 septembre 2016

Michel Temer a été formellement investi à la tête du pays, lors d’une brève cérémonie de prestation de serment au Parlement. A 75 ans, il hérite d’un court mandat qui expirera à la fin de l’année 2018.
Fin stratège mais très impopulaire, Michel Temer prend les rênes d’un pays en crise, marqué par la récession, un fort taux chômage et des scandales de corruption qui ont jeté le discrédit sur la classe politique.

Avec agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Michel Temer, nouveau président et déjà impopulaire

Violentes manifestations après la destitution de Dilma Rousseff

Après sa destitution, Dilma Rousseff dénonce un coup d'Etat parlementaire