DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

USA : les villes sanctuaires appellent à la résistance


Etats-Unis

USA : les villes sanctuaires appellent à la résistance

Les villes sanctuaires – New York et Los Angeles en tête – entendent bien résister à l’assaut de Donald Trump, qui va les priver de fonds fédéraux.

Le point commun de ces 200 villes et 300 juridictions locales est qu’“elles refusent de coopérer avec les services de l’immigration”, notamment d’honorer les demandes d’incarcération de leur part.

“San Fransisco est une ville sanctuaire. C’est dans notre ADN. Nous allons continuer à rester une ville sanctuaire face aux actions fédérales hostiles. Nous allons nous assurer que le message que nous envoyons à nos communautés d’immigrants est que vous faites partie de nous”, affirme Saira Hussain, avocate membre d’une association de défense des droits civiques basée à San Fransisco.

Le décret signé mercredi demande aux ministères de “s’assurer” que ces villes seront dorénavant privées de tous les fonds qui peuvent légalement leur être coupés.

“Je viens de parler avec des maires à travers ce pays pendant une heure. Tous les jours, nous travaillons avec les agents fédéraux en charge de faire appliquer la loi, tous les jours, nous nous assurons que les rues de nos collectivités sont sûres. Une caricature veut que nous ayons invité les criminels étrangers dans les villes américaines, mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Ce ne sont pas les valeurs de ce chef de la police ni les miennes en tant que maire”, se défend Eric Garcetti, l‘édile de Los Angeles.

Selon Donald Trump, en ne coopérant pas avec les services de l’immigration, ces villes laissent des clandestins potentiellement dangereux en liberté.

Le maire de New York a souligné que ces coupes pourraient avoir l’effet inverse de celui recherché, car ce sont les services de police qui en seraient les premières victimes.

ALL VIEWS

Touchez pour voir
"Nous ne paierons pas": le président mexicain à propos du mur voulu par Donald Trump

Mexique

"Nous ne paierons pas": le président mexicain à propos du mur voulu par Donald Trump