Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Crise en Ukraine : Joe Biden met en garde la Russie en cas d'invasion

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Crise en Ukraine : Joe Biden met en garde la Russie en cas d'invasion
Tous droits réservés  Susan Walsh/Associated Press   -  

Avec des dizaines de milliers de soldats russes massés à la frontière, les tensions entre Moscou et l'Occident montent. Le Président des Etats-Unis Joe Biden promet une réponse sévère si les troupes russes pénètrent en Ukraine : "s'ils font ce dont ils sont capables avec les forces armées qu'ils ont massées à la frontière, ce sera un désastre pour la Russie d'envahir l'Ukraine. Nos alliés sont prêts à imposer des sanctions et des dommages importants sur la Russie et l'économie russe."

Les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle aide sécuritaire défensive de 200 millions de dollars à l'Ukraine, s'ajoutant aux 450 millions d'assistance militaire déjà accordés. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a appelé le Président Russe à choisir la voie pacifique pour sortir de la crise.

De son côté, Moscou réclame des Etats-Unis la garantie que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'OTAN.

Joe Biden a fait valoir que dans les faits, il était peu probable que Kiev devienne membre de l'OTAN dans un avenir proche -- même si par principe, celle-ci ne ferme pas sa porte.

Sur la promesse que les Occidentaux ne déploieront pas d'armes stratégiques sur le territoire ukrainien, "nous pouvons trouver une solution", sur la base de la réciprocité, a-t-il assuré.

Négociations avec la Russie

Face à la montée de ces tensions, Emmanuel Macron a appelé l'Union Européenne à élaborer rapidement un nouveau plan de sécurité : "Ces prochaines semaines doivent nous conduire à faire aboutir à une proposition européenne, bâtissant un nouvel ordre de sécurité et de stabilité. Nous devons le construire entre Européens puis le partager avec nos alliés dans le cadre de l'OTAN, et ensuite le proposer à la négociation avec la Russie."

Selon son homologue allemand Olaf Scholz, après des années de tensions croissantes, "_garder le silence n'est pas une option raisonnable. _C'est pourquoi nous rappelons à Moscou notre engagement envers l'intégrité territoriale de l'Ukraine, et notre principe clé d'ordre de paix européen, selon lequel les frontières ne doivent pas être déplacées de force".