EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"La Russie n'a pas un droit de véto sur une adhésion de l'Ukraine à l'Otan"

"La Russie n'a pas un droit de véto sur une adhésion de l'Ukraine à l'Otan"
Tous droits réservés twitter.com/jensstoltenberg
Tous droits réservés twitter.com/jensstoltenberg
Par Bryan CarterEuronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Conseil Otan-Russie qui s’est tenu mercredi n’a pas permis de faire avancer les négociations.

PUBLICITÉ

Les discussions sont au point mort entre l'Otan et la Russie. Chaque camp est resté sur ses positions lors des négociations mercredi à Bruxelles. Le dialogue reste donc très difficile concernant l'Ukraine.

Moscou a rassemblé près de 100 000 soldats le long de sa frontière avec le territoire ukrainien. Le Kremlin exige que l'Alliance s'engage à ne pas accepter la candidature de Kiev auprès de l'Otan. De leur côté les Alliés dénoncent l'attitude agressive de la Russie mais ils veulent garder la porte ouverte aux pourparlers.

"Seuls l'Ukraine et les Alliés peuvent décider quand l'Ukraine sera prête pour devenir membre de l'Otan. Personne d'autre n'a son mot à dire", insiste le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg.

Si l'Alliance porte son attention sur Kiev, certains analystes estiment que l'épreuve de force engagée par la Russie doit être considérée comme une stratégie plus globale du Kremlin. Selon Fiodor Lukyanov, rédacteur en chef de Russia in Global Affairs, pour Moscou il ne s’agit pas uniquement de l’Ukraine. 

Le Conseil Otan-Russie a tenu de sérieux échanges sur le renforcement militaire russe à proximité de l’Ukraine

"Cela concerne la structure de la sécurité en Europe et cette idée, qui prévaut depuis la guerre froide, que l'Otan représente le coeur de la sécurité européenne. Et ce que la Russie essaye de faire c'est d'entamer une discussion sur une organisation différente", explique-t-il.

Pour le moment personne ne veut prédire quel sera le prochain mouvement de Moscou. Mais les analystes jugent peu probable une invasion de l'Ukraine. En revanche la Russie perçoit comme une menace une extension de l'Otan dans ce qu'elle considère sa zone d'influence. Dans l'immédiat les deux parties se sont engagées à poursuivre les discussions.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Conflit Ukraine-Russie : la Bulgarie prône la paix mais se prépare au pire

L’Ukraine défend ses intérêts auprès de l'Otan face aux mouvements de troupes russes

Josep Borrell en Ukraine : visite du chef de la diplomatie de l'UE sur la ligne de front