Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

De Matera à la Lune : « Apollo Soundtrack » nous ramène 50 ans en arrière

De Matera à la Lune : « Apollo Soundtrack » nous ramène 50 ans en arrière
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cette image mythique d’un homme marchant sur la surface poudreuse de la Lune avec la Terre en arrière-plan suscite toujours autant l’admiration, cinquante ans après le succès de la mission Apollo 11. Matera, petite cité du sud de l’Italie, désignée Capitale européenne de la culture 2019, nous fera revivre ce grand moment avec « Apollo Soundtrack », un spectacle multimédia qui se déroulera sur la scène en plein air de la Cava del Sole, un lieu qui porte bien son nom.

Alors que la ville met tout en œuvre cette année pour se faire une place dans le paysage culturel européen, cette représentation est une sorte d’expérience immersive d’une extrême créativité que les habitants de Matera et les visiteurs sont impatients de découvrir. « Apollo Soundtrack » est une œuvre écrite à l’origine en 1983 par le maître de l’ambient, Brian Eno, son frère Roger Eno et Daniel Lanois. La musique s’inspire de l’idée que nous nous faisons tous des alunissages, avec ce film et ces photographies à l’aspect granuleux. Elle nous incite à méditer sur notre propre interprétation du premier homme marchant sur la lune. La musique apporte une ambiance sonore sereine et légère aux célèbres clichés : si elle nous replonge dans les événements qui se sont réellement produits ce jour-là, il y a cinquante ans, elle nous rappelle aussi que la lune a toujours été source d’inspiration et d’aspiration.

Ce spectacle se tiendra à Matera le 18 juillet prochain. Roger Eno jouera « Apollo Soundtrack » accompagné de l’orchestre britannique contemporain à 12 instruments Icebreaker, du guitariste BJ Cole et de Gyða Valtýsdóttir, la violoncelliste islandaise du groupe de musique expérimentale Múm. « Beaucoup opposent la science à l’art, mais ils ont tort », a déclaré James Poke, l’un des membres fondateurs du groupe Icebreaker, à l’Ansa. « Il faut la même discipline, la même créativité et la même imagination [pour les deux]. »

Chaque astronaute de la mission Apollo avait la possibilité d’emporter avec lui une seule cassette dans l’espace et tous ont opté pour de la musique country sauf un, d’où le choix de la guitare sur table. Avec son concept de « musique country en apesanteur », Brian Eno apporte une note de folie à des morceaux minimalistes. La guitare sur table introduit une sonorité douce, comme en suspens ; un son en harmonie avec la beauté froide de l’espace.

Les habitants de Matera ont une relation bien particulière avec ce jour hors du temps de 1969 qui a vu Neil Armstrong et Buzz Aldrin faire ces premiers pas dont tout le monde se souvient. L’ingénieur américain Rocco Petrone était le fils d’immigrants de la région de Basilicate. C’est lui qui a supervisé tous les lancements de la NASA, donnant le top départ aux décollages des missions Apollo. Ce spectacle est aussi une façon de lui rendre hommage.

Capitale européenne de la culture 2019, Matera est fière de son passé, mais elle est aussi tournée vers l’avenir. Le centre de géodésie spatiale Giuseppe Colombo de Matera envoie régulièrement des faisceaux laser en direction des réflecteurs placés sur la lune au cours des missions Apollo et lors des excursions du robot soviétique Lunokhod. Ces lasers, qui mesurent la distance entre la Terre et la lune, permettent de faire de nouvelles découvertes concernant la relativité générale en physique et de mieux connaître la structure interne de la lune. Construit en 1983 à Matera par l’agence spatiale italienne, le centre Giuseppe Colombo recueille également des clichés de la Terre vue de l’espace. Ils constituent une source d’information importante sur la végétation terrestre, la pollution de l’air, les nappes phréatiques, l’érosion des glaciers, la biodiversité et les catastrophes naturelles.

Des clichés du premier alunissage seront projetés durant le spectacle « Apollo Soundtrack » à la Cava del Sole, ainsi que des images satellites extraordinaires de la Terre prises par Leonardo, le groupe aérospatial qui sponsorise l’événement, avec la permission du centre spatial de Matera. Autre ressource d’exploration de l’espace située à Matera, ce centre est exploité par e-GEOS. Ce spécialiste de l’information géographique, codétenu par Telespazio (80 %) et ASI (20 %), joue un rôle crucial dans l’acquisition et le traitement des images satellites. Ces clichés servent à surveiller et protéger la santé de notre planète dans le but ultime d’améliorer nos conditions de vie.

Même cinquante ans après, la vision de la Terre depuis l’espace reste une source d’émerveillement et d’inspiration. Brian Eno se rappelle encore qu’il était devant sa télévision lorsque la mission a atterri sur la Lune. « Je me souviens de cette sensation étrange de voir cette image sur [ce] petit téléviseur en noir et blanc, puis de relever la tête vers la lune et de ne pas pouvoir croire ce qui se passait au même moment là-haut », a expliqué Brian Eno au Guardian. « Cela fait partie de ces moments étranges où le temps glisse sur vous, où quelque chose qui vous semble totalement impossible et incroyable se produit réellement. » À Matera, cet été, le spectacle « Apollo Soundtrack » nous fera revivre ce moment légendaire, immortalisant l’excitation et la fascination de cet instant unique, pour nous rappeler que rien n’est impossible.