DERNIERE MINUTE

Materadio : la radio monte sur scène

Materadio : la radio monte sur scène
Taille du texte Aa Aa

Capitale européenne de la culture 2019, la ville italienne de Matera a poursuivi ses festivités en accueillant les équipes de la Rai Radio 3. La station de radio nationale y a diffusé ses émissions en direct pendant trois jours, du 11 au 15 septembre.

Créée il y a neuf ans, Materadio s’est installée non seulement sur les grandes places du centre-ville, mais elle est également partie à la découverte de nouveaux paysages, à l’instar de la Cava del Sole, une gigantesque carrière de tuffeau à l’entrée de la ville.

Dans ce cadre unique, les présentateurs de la station de radio ont reçu des invités de marque, des intervenants et des musiciens, lors d’une série d’émissions diffusées en direct dans tout le pays.

Réunies sous le thème du « Sud », ces émissions ont été l’occasion de découvrir les traditions, les croyances et l’évolution des paysages dans un « Sud » qui transcende les frontières géographiques, et suit des chemins qui tout à la fois unissent et transportent les peuples.

Le syndicaliste et militant Aboubakar Soumahoro, qui figure parmi les nombreux invités de marque qui ont participé à ces émissions, s’est entretenu avec l'écrivain et militant Goffredo Fofi. Ils ont parlé de la région méditerranéenne, devenue aujourd’hui un point sensible où l’on refuse trop souvent aux réfugiés un asile pourtant vital.

Ce thème a également été repris dans la pièce de théâtre « 629. Des hommes en cage », qui raconte le périple des 629 passagers embarqués sur l’Aquarius dont personne ne voulait en juin 2018.

La chanteuse-compositrice-interprète Teresa De Sio a évoqué les sons du Sud à l’occasion du concert « Raison et sentiment » donné dans une salle de spectacle qui sort de l’ordinaire, puisqu'il s’agit du musée de l’Essenza Lucano, un lieu dédié à la célèbre liqueur régionale Amaro Lucano.

Parmi les autres événements musicaux qu’il ne fallait pas rater, le « Concerto Italiano » a proposé une heure de musique ancienne avec de la flûte, du violon, du violoncelle et du clavecin, tandis que deux « Leçons de musique » se sont intéressées au dialogue entre les musiciens ; notamment aux inspirations réciproques à travers les âges. La première leçon a étudié la musique de Mozart et d’Haydn, alors que la seconde a exploré la musique de Beethoven et Brahms.

Tout au long de ces trois journées, la série d’émissions culturelles « Filo Rosso » (fil rouge) de la Radio 3 a raconté l’histoire du Sud de l’Italie au travers de huit objets traditionnels : des objets issus du monde marin étroitement liés à l’histoire méditerranéenne, comme les filets, la boussole, le corail et les amphores, aux objets de tous les jours, tels que les lampes et les bougies.

L’émission « I Pupi » (« Les marionnettes ») s’est intéressée à l’histoire de ces curieuses marionnettes pratiquement grandeur nature, qui font partie de la longue tradition de la narration théâtrale. Né au début du XXème siècle, le recours aux pupi pour raconter les contes chevaleresques médiévaux conserve la même popularité aujourd’hui. En 2008, l’UNESCO les a même ajoutées à sa liste du patrimoine culturel immatériel.

Les historiens Alessandro Vanoli et Amedeo Feniello ont été accompagnés par le guitariste Carlo Mascilli Migliorini tout au long de leur découverte de ces huit objets méridionaux au glorieux passé. La série s’est terminée par Le Valigie (« Les valises »). Bien au-delà des aspects physiques du voyage, les intervenants ont évoqué la vie et les rêves que les migrants et réfugiés ont emportés avec eux au fil des siècles, dans leur quête d'un avenir meilleur.

Parmi les autres temps forts, « Hollywood Party », un grand classique de la Rai Radio 3, est une émission au cours de laquelle des experts et invités échangent en direct à propos du cinéma et des dernières sorties. Toute discussion sur le cinéma trouve un écho particulier à Matera, car la ville doit en partie son salut à un soudain intérêt des réalisateurs pour ses décors naturels.

En effet, les plus beaux édifices de la ville ont été taillés dans la roche le long d’un profond ravin où la majorité des habitants de Matera vivaient encore il y a quelques décennies, des logis troglodytes préservés aujourd’hui réhabilités. C’est un lieu idéal pour tourner des films dans un décor de cité antique aux allures de Jérusalem (notamment « La Passion du Christ » de et avec Mel Gibson).

Jan Garbarek

Plus récemment, Matera a aussi servi de décor au dernier James Bond, « No Time to Die » (sur les écrans en 2020). D’ailleurs, l’agent 007 et les différents acteurs qui l’ont incarné, de 1953 à aujourd’hui, ont fait l’objet d'une édition spéciale de l’émission « Hollywood Party ».

Suivant cette volonté de réunir les cultures, plusieurs musiciens internationaux ont donné des concerts dans le cadre de la programmation de Materadio. Une prestation surtout a été particulièrement grandiose : celle du saxophoniste de jazz Jan Garbarek, qui a été rejoint sur scène par un autre grand musicien international, le percussionniste indien Trilok Gurtu.

Des rapprochements ont également eu lieu entre Matera et d’autres villes qui lui ressemblent, partout dans le monde. Ainsi, « Matera et Bamiyan, deux jumelles historiques » a comparé le destin de ces deux villes autrefois miséreuses, désormais devenues prospères. Si Bamiyan en Afghanistan a subi la destruction de ses deux bouddhas géants vieux de 1500 ans par les talibans en 2001, elle a aussi assisté à la renaissance de son parc archéologique, tout comme les habitations troglodytes des Sassi démunis sont aujourd'hui devenues des lieux touristiques incontournables de Matera.

Les hommages aux personnalités italiennes n’ont pas manqué ; de l’astronaute Samantha Cristoforetti à l’écrivain Andrea Camilleri, en passant par le cycliste Fausto Coppi. Les traditions, elles aussi, n’ont pas été en reste, à l’image de la « pizzica », une danse folklorique locale à laquelle une soirée a été consacrée avec le concert de l’orchestre « La Notte della Taranta », à la Cava del Sole.

Modena City Ramblers

La programmation s’est terminée le dimanche 15 septembre à midi avec le « Gran Finale » sur la Piazza San Francesco. Le groupe folk italien « Modena City Ramblers » a remis le bâton symbolique de la Capitale européenne de la culture à Galway, la ville irlandaise qui détiendra ce titre en 2020. Connus pour leurs influences celtiques, les Ramblers ont été rejoints sur scène par les musiciens folk irlandais Gearóid Ó Murchú, Ruairi Liam Mac Con Iomaire et Rebecca Ní Éallaithe, fraîchement arrivés de Traidphicnic, le grand festival de musique traditionnelle irlandaise de Galway.

Il s’agit de quelques-unes des dernières rencontres prévues dans le cadre d’un programme d’expositions, de représentations et d’échanges qui aura duré un an, et attiré selon les estimations plus d'un million de visiteurs dans la ville en l’espace de 12 mois.

Le Passeport Matera 2019 vous ouvre les portes de tous les événements organisés par la ville cette année. Vendu au prix de 19 €, il vous permet d’accéder à toutes les manifestations et d’utiliser gratuitement les transports en commun. Pour les courts séjours, le passeport une journée est proposé au prix de 10 €.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.