This content is not available in your region

La technologie intelligente au service de la biodiversité, avec Huawei et ses partenaires

© Getty Images
© Getty Images   -   Tous droits réservés  euronews
Par TECH4ALL and Tech4Nature
Taille du texte Aa Aa

Un des plus grands sommets de la biodiversité, le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN WCC) a ouvert ses portes à Marseille la semaine dernière. Les spécialistes de la conservation, les leaders mondiaux et les organisations internationales se sont réunis pour partager leurs idées sur la protection de la nature. Lors de la cérémonie d’ouverture, le président Emmanuel Macron a adressé un avertissement : « Il n’y a pas de vaccin face à une planète malade. Le combat contre le dérèglement du climat est profondément lié à la préservation et à la restauration de la biodiversité. »

Pour lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité, il est impératif de partager des valeurs communes et d’engager des actions collectives. Huawei compte parmi les partenaires de l’UICN et s’est engagé à renforcer la conservation de la nature et la protection de la diversité avec l’aide de technologies numériques de pointe. Cette vision s’inscrit dans le cadre des actions et engagements de l’UICN, dont l’objectif est de trouver des approches innovantes de préservation et de sauvegarde de notre planète pour les générations futures.

Les dernières données indiquent que les écosystèmes mondiaux dont nous dépendons se détériorent de plus en plus rapidement. En Europe et Asie centrale, seuls 23 % des espèces et 16 % de leurs habitats ne sont pas considérés comme étant menacés. Selon le rapport Planète Vivante 2020 de la WWF, 1 677 espèces européennes sur 15 060 seraient en risque d’extinction. L’activité humaine affecte négativement notre économie, notre subsistance, notre sécurité alimentaire, notre santé ainsi que notre qualité de vie dans le monde entier.

Le besoin de protéger la biodiversité est urgent. Malheureusement, les possibilités de réaction se réduisent rapidement, alors que le coût de l’inaction augmente toujours plus. En réponse, Huawei a déployé de nombreux projets de conservation de la nature dans le cadre de son initiative environnementale TECH4ALL. Cet engagement à long terme vise à utiliser les technologies les plus modernes au service de projets de durabilité et d’inclusion numérique.

Le projet environnemental TECH4ALL inclut des partenariats avec de nombreux experts tels que des scientifiques internationaux ou encore des spécialistes environnementaux locaux. L’engagement de Huawei se manifeste par deux programmes ayant déjà été mis en place : la collaboration Tech4Nature avec l’UICN et le programme Nature Guardian avec Rainforest Connection (RFCx). Ces deux programmes ont pour objectif de mettre les technologies de pointe au service de la nature dans le monde entier.

Tech4Nature : une vision moderne de la conservation naturelle

L’objectif de ce partenariat sur trois ans avec l’UICN est d’implémenter les dernières technologies numériques dans le domaine de la conservation à travers cinq pays, afin de partager des connaissances, des technologies et des ressources dans plus de 300 zones protégées dans le monde.

La liste verte des aires protégées et conservées de l’UICN représente la première normale mondiale de bonne pratique pour la préservation de zones. Il s’agit d’un programme de certification de la gestion et gouvernance des aires protégées et aires de conservation, tels que les parcs nationaux, les sites naturels du patrimoine mondial naturel ou les zones communautaires préservées.

Le partenariat Tech4Nature entre Huawei et l’UICN a été pensé pour ces zones. Les progrès technologiques nous permettent de répondre plus efficacement aux menaces environnementales actuelles, qui sont toujours plus soudaines et problématiques. Cela permet d’atteindre des objectifs de conservation bien plus rapidement qu’auparavant.

Les différentes technologies utilisées par Huawei s’adaptent à plusieurs scénarios et projets. En Suisse, la société collabore avec le parc national suisse, le seul parc naturel du pays, afin d’améliorer la protection et la gestion des aires protégées. Une technologie basée sur l’IA analyse des photos infrarouges, alors qu’une autre basée sur les blockchains étudie les puits de carbone du parc.

euronews
© Administration du parc national de la forêt tropicale du Hainaneuronews

La technologie numérique permet de mener une surveillance acoustique et des recherches sur une des espèces les plus menacées au monde, le gibbon du Hainan (dont il ne reste que 35 individus) dans le parc de la forêt tropicale du Hainan en Chine. L’objectif étant de développer des mesures de conservation plus efficaces.

euronews
© TECH4ALL and Tech4Natureeuronews

Parmi les autres projets, des caméras sous-marines ont été installées afin de surveiller en temps réel les récifs coralliens situés au nord-est de l’île Maurice, dans le cadre d’un projet visant à restaurer 5 hectares de corail.

Nature Guardian : la protection des habitats et des espèces

Même si le travail est loin d’être terminé, ce projet de bâtir un monde durable et inclusif est déjà bien entamé. Le programme Nature Guardian de Huawei, en partenariat avec RFCx, illustre parfaitement comment la technologie et l’innovation peuvent contribuer à la durabilité de notre planète.

Ce programme repose essentiellement sur le Guardian. Il s’agit d’une boîte noire entourée de petits panneaux solaires équipée d’un microphone et d’une antenne. Les appareils Guardian sont discrètement placés dans l’habitat naturel, et offrent de nombreuses possibilités grâce aux technologies Cloud et IA. Avec une écoute permanente, ils sont capables de détecter et de transmettre n’importe quel son en temps réel, ce qui permet de surveiller différentes espèces ainsi que leur environnement.

euronews
© TECH4ALL and Tech4Natureeuronews

Dans le cadre du partenariat entre l’ONG RFCx, l’ORCA irlandaise et Huawei, une bouée « smart » équipée de capteurs bioacoustiques a été déployée au large des côtes irlandaises. Ses capteurs permettent de détecter les cris des dauphins jusqu’à 13 km², et ceux des baleines jusqu’à 80 km². Les cris sont ensuite transmis sur une plateforme Cloud puis analysés par une IA qui produira des données sur la distribution, le comportement et l’impact de la pollution sonore. Ces données serviront ensuite à prendre des mesures de conservation.

euronews
© TECH4ALL and Tech4Natureeuronews

Outre les recherches sur l’écosystème, l’acoustique et le Cloud, les systèmes d’IA permettent également d’identifier les menaces planant sur les espèces et leurs habitats. Au Chili, des appareils Guardian fonctionnant à l’énergie solaire et équipés de capteurs acoustiques sont utilisés pour couvrir plus de 30 km² de la cordillère de Nahuelbuta. Leur rôle est de détecter et d’identifier les cris d’animaux, notamment afin de fournir des données sur le Renard de Darwin, menacé d’extinction. Le système Guardian permet à l’IA, hébergé dans le Cloud, de détecter les tirs de fusil des braconniers ainsi que les tronçonneuses des exploitants illégaux qui mettent l’espèce en péril. Des alertes sont envoyées automatiquement sur les téléphones des gardes-forestiers pour leur permettre de réagir immédiatement en cas de danger.

Progresser ensemble pour une conservation naturelle intelligente

Comme nous le constatons à travers les projets Tech4Nature et Nature Guardians, les technologies telles que les réseaux de communication, l’IA, l’Internet des Objets et le Cloud peuvent être utilisées pour améliorer la conservation de la nature. Elles permettent aux défenseurs de l’environnement de mieux protéger les habitats ainsi que les espèces qu’ils abritent grâce à des systèmes d’alarme très réactifs en cas de défaillance de l’écosystème ou d’interférence humaine illégale comme le braconnage ou la chasse.

Aucun pays n’a le monopole sur la nature, et nous devons collaborer au-delà de nos frontières afin de proposer des solutions technologiques intelligentes qui préserveront la santé de notre planète. Nous devons continuer à enrichir les données mondiales ainsi que l’expertise en matière de technologie et de conservation afin de prendre des décisions informées qui protègeront nos ressources les plus importantes : la biodiversité et la nature.