This content is not available in your region

ÚBEDA, la ville harmonieuse

Sabiote
Sabiote   -   Tous droits réservés  Turismo Andaluz
Taille du texte Aa Aa
Pour découvrir Úbeda et les nombreuses beautés de la région, l’Andalousie met à la disposition de tous les voyageurs internationaux non-résidents une assurance gratuite incluant une couverture Covid-19 pour des séjours dans tous les établissements réglementés d’Andalousie, du 1er janvier au 31 décembre 2021.

Comme sa voisine Baeza, Úbeda est une ville d’histoire et ses origines remontent à très loin dans le temps. Sa splendide apparence urbaine est le résultat de transformations à travers plusieurs siècles passés à la frontière du royaume de Grenade, son rôle crucial dans « l’aventure » américaine et la force économique de sa noblesse. Menés par Francisco de los Cobos, secrétaire de l’empereur Charles Ier, ces nobles prospérèrent grandement du développement des champs, du bétail, de la poterie et des textiles de la ville.

Cependant, Úbeda n’a pas attendu le succès de ces industries pour devenir une place d’importance : de nombreuses ruines de l’époque romaine ont été retrouvées dans la région. Durant la période al-Andalus, le village fut fondé et nommé « Ubbadat » par un émir du IXème siècle et il fut seulement reconquis par le roi Fernand III en 1234. Cette succession de cultures, comme beaucoup d’endroits en Andalousie, a conduit la cité à devenir un endroit prestigieux et étatique de la province.

© Turismo Andaluz

Avant d’arriver en ville, les paysages qui l’entourent donnent déjà un goût des splendeurs à venir. Dans les collines d’Úbeda se trouvent des oliviers colorés et des champs lumineux de céréales. En entrant dans la cité, son ciel rayonnant et le silence de ses rues émerveillent et surprennent, chaque palais se révélant en nombres incalculables. Ces derniers sont les symboles des anciennes familles et de lignées qui n’ont pas hésité à recourir aux services des plus grands architectes de la Renaissance européenne (comme Andrés de Vandelvira) pour construire leurs résidences au style italien du XVIème siècle. Le Palais de la famille Vela de los Cobos, celui de Las Cadenas (aujourd’hui le conseil municipal) ou encore la maison de Las Torres ne sont que le début d’une longue liste de majestueuses bâtisses.

© Turismo Andaluz

En se dirigeant vers le sud de la ville, vous trouverez la splendide Plaza Vázquez de Molina, une des plus belles places d’Espagne. Ici fut érigée l’impressionnante église collégiale de Santa María de los Reales Alcázares et ses jardins, parmi les nombreux monuments de la Plaza. Plusieurs résidences y sont aussi, comme les palais de Deán Ortega et Juan Vázquez de Molina, qui donna son nom à la place. Un autre bâtiment religieux, la chapelle sacrée d’El Salvador, se trouve aussi dans ce quartier.

© Turismo Andaluz

Une fois effleurée, la liste des endroits fascinants paraît sans fin : l’hôpital de Santiago, l’église de San Pablo, le monastère de Santa Clara, l’église de San Lorenzo…tous ces noms assurent un voyage mémorable à travers les époques et les sujets. Pour son identité et son architecture magnifique, entre autres raisons, Úbeda a été reconnue comme Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Véritable ville andalouse, il est possible de profiter d’Úbeda via la beauté de ses monuments et de son architecture Renaissance mais aussi en tant que ville par elle-même. Ses influences et origines différentes se fondent dans l’environnement de cours d’eau, de vergers et d’oliviers. Son apparence prodigieuse vit véritablement en extérieur. Chaque rue, chaque place et chaque quartier se suivent en totale harmonie. Surprises et émerveillement sont cachés dans chaque recoin et récompensent de secrets les explorateurs. Ici, une synagogue oubliée durant des siècles renaît. Là un ancien atelier d’artisan réapparaît, construit par la sagesse des générations. Partout, des légendes locales se cachent derrière la simplicité magique d’une façade populaire.

Après toutes ces années, Úbeda reste une ville œcuménique et ouverte sur le monde. Mais au détour de ses rues labyrinthiques se sentent encore les arômes d’un feu de bois, d’un délicieux ragoût et de son pain frais.