DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pékin est leur campus : à la découverte des voyages d’études les plus enrichissants de la capitale chinoise

Vous lisez:

Pékin est leur campus : à la découverte des voyages d’études les plus enrichissants de la capitale chinoise

Pékin est leur campus : à la découverte des voyages d’études les plus enrichissants de la capitale chinoise
Taille du texte Aa Aa

S’immerger dans la culture chinoise tout en poursuivant des études à Pékin peut être l’aventure de toute une vie.

L’écrivain français Vincent Hein en témoigne dans son livre À l’est des nuages, un carnet de route relatant son expérience d’étudiant venu de la Sorbonne apprendre le mandarin à Pékin, où il finira par vivre plus de dix ans.

L’ancienne première dame des États-Unis, Michelle Obama, a également salué ces programmes d’échange lors de son passage à l’Université de Pékin, en 2014, remarquant que « l’architecture d’un temple ancien… pourrait inspirer la conception de nouveaux bâtiments à Dallas ou à Detroit » et citant le proverbe chinois : « Mieux vaut parcourir 10 000 kilomètres que lire 10 000 livres ».

Ceux qui choisissent d’étudier à Pékin ont toutefois le privilège de pouvoir faire les deux. En quête d’une expérience de vie au-delà de leurs frontières, ces étudiants ont la chance de suivre des cours dans une ville riche de 3000 ans de patrimoine, de la Grande Muraille de Chine au Palais d'été, tout en approfondissant leur compréhension de la langue et de la culture chinoises contemporaines.

Les meilleures universités pékinoises regorgent de ces programmes d’étude, que ce soit pour deux semaines ou pour deux mois, et il n’est pas rare de voir les étudiants s’attarder dans la capitale pour effectuer un cursus complet.

Grâce à des échanges interinstitutionnels et à des partenariats, des écoles telles que l'université technique de Munich, l'université d'Utrecht, la London School of Economics et l'université d'Édimbourg envoient de plus en plus d'étudiants à Pékin.

De nombreuses routes mènent à cette ville fascinante, où divers centres d’intérêt peuvent être explorés. L'université de Pékin, l’université Tsinghua et l'Académie du film de Pékin ne sont que trois exemples d'institutions renommées proposant des voyages d'études inoubliables dans la métropole chinoise.

Pékin abrite 91 universités, dont…

• L’Institut de technologie de la mode de Pékin

• L’université normale de Pékin

• L’université Renmin de Chine

• L’Institut de Technologie de Pékin

• L’université des affaires étrangères de Chine

• L’université médicale de la capitale

• L’université des géosciences de Chine

• L’université centrale des finances et de l'économie

• L'université de médecine chinoise de Pékin

• Le Conservatoire de musique de Chine

• L’université centrale des nationalités

• L’université de Beihang

• L’université des sciences et technologies de Pékin

Le passé rencontre l’avenir sur le « campus citadin » de l’université de Pékin

Le futurisme de Pékin se manifeste dans ses bâtiments innovants conçus par quelques-uns des meilleurs architectes au monde, du Centre national des arts du spectacle (« L’œuf géant ») au gratte-ciel du China World Trade Center, en passant par le siège de la CCTV (désormais CMG) et sa tour hors du commun.

Mais l'émergence moderne de la ville à travers l'éducation remonte à 1898, date de fondation de l’université nationale de Chine.

Aujourd'hui, l'université de Pékin (PKU) est la première université de Chine et figure parmi les 30 meilleures universités au monde. Robin Li, co-fondateur de Baidu (le Google chinois) et Timothy Geithner, ancien secrétaire au Trésor américain, font partie de ses plus illustres diplômés.

Chaque été, l’université propose aux étudiants internationaux un programme d’apprentissage du mandarin de quatre à huit semaines, accompagné de cours portant sur la culture, la société et l’histoire chinoise.

Les précédents diplômés en politique et urbanisation vantent la manière dont les cours passent de la salle de classe à la « ville-campus », Pékin, où les étudiants peuvent observer de leurs propres yeux l’évolution de la capitale.

Au-delà du lac Weiming, dans la partie nord de l’université de Pékin, le district historique de Dongcheng offre aux étudiants un aperçu de la vie impériale à la Cité interdite et au Musée du Palais. D’autres sites majeurs, tels que la place Tian’anmen, le musée national de Chine et le mausolée de Mao Zedong, se trouvent également à proximité.

Légèrement plus excentrée, l’une des visites préférées des étudiants reste la Grande Muraille de Chine, la plus longue structure jamais réalisée par l’homme (et l’endroit rêvé pour prendre un selfie). Son segment le plus populaire, Badaling, est facilement accessible en train depuis le campus.

Une visite des stands de cuisine de rue longeant les hutongs (ruelles) de Pékin permettra aux étudiants de goûter aux grandes spécialités de la ville, telles que les raviolis chinois, le shaobing au sésame, le canard laqué, etc. Ils auront également l’opportunité de « dîner comme un empereur » au Musée de la gastronomie royale de Yuxiandu, sous la forme d’un fastueux banquet traditionnel.

Un ancien élève de l’université Tsinghua consigne dans un livre son voyage d’études

L’écrivain anglais J.R. Thornton a été tellement ému par son séjour à Pékin qu’il s’en est inspiré pour écrire un roman, intitulé Beautiful Country.

À l’âge de 14 ans, le jeune britannique a passé une année à s’entrainer avec l’équipe de tennis junior de Pékin et à apprendre le Chinois, admettant dans la presse : « Même après être parti de Chine, ces expériences ne m’ont jamais quitté ».

Le roman a été publié en Chine, où il est devenu un bestseller. Une histoire d’amitié entre un jeune joueur de tennis américain et l’un de ses homologues chinois, le livre illustre parfaitement les avantages que présente un voyage d’études à Pékin sur le plan social.

De fait, l’attrait de la capitale est tel que Thornton y est récemment retourné, cette fois dans le cadre du programme d’étude « Schwarzman Scholars » à l’université Tsinghua, considérée comme la 2e meilleure université de Chine et d’Asie, et l’une des 30 meilleures dans le monde.

Qu’ils soient sportifs ou non, les étudiants étrangers de Tsinghua sont invités à visiter l’Olympic Green, toujours au nord de la ville, où se trouve le stade national de Pékin, surnommé le « Nid d’oiseau » en raison de son architecture singulière.

Le Centre national de natation (une boite bleue lumineuse surnommée « l’Aquacube») est le plus grand centre aquatique de Chine. Le musée national des sports de Chine, dans le village des Jeux asiatiques, retrace l’histoire des arts martiaux, du polo et d'autres activités physiques à travers les siècles.

L’université Tsinghua possède aussi son propre musée et une impressionnante collection de calligraphie. L’école propose un programme d’été d’un mois pour apprendre le mandarin et découvrir les sites touristiques de Pékin. Un autre programme de deux semaines vise à sensibiliser les étudiants étrangers aux enjeux mondiaux, de l’économie à l’innovation, tels qu'ils sont perçus par les Chinois.

« Lumière, caméra, action ! » à l’Académie du film de Pékin

Les étudiants internationaux de l’Académie du film de Pékin (Beijing Film Academy) peuvent apprendre à réaliser des films dans l’esprit de ceux de Zhang Yimou, illustre diplômé dont le film Épouses et concubines a remporté un BAFTA. De temps à autres, de grands réalisateurs tels que James Cameron ou Ang Lee sont invités à venir donner un cours. Après tout, selon les rumeurs hollywoodiennes, la Chine serait en passe de devenir le premier marché du film au monde.

L’Académie du film de Pékin propose des échanges universitaires avec la LUCA School of Arts à Bruxelles, La Fémis à Paris et d’autres écoles étrangères. Elle organise également des stages sur des sujets tels que la cinématographie et la photographie, souvent en collaboration avec l’Académie du film des Pays-Bas et d’autres institutions.

Toute l'inspiration nécessaire pour réaliser un film oscarisé se trouve à l'autre bout de la ville, dans l’Espace 798, où les usines désaffectées des abords de Dashanzi ont été transformées en espaces artistiques branchés. Grouillant de cafés bondés et de références à la culture pop, cette zone pleine de créativité abrite le musée d’art moderne Minsheng et la salle d’exposition du cube blanc, ainsi que des murs de graffiti et des sculptures publiques.

Au nord-ouest, le Musée national du film de Chine, le plus grand du genre au monde, retrace l'évolution du cinéma chinois de 1905 à nos jours. Parmi les œuvres les plus marquantes, on retrouve Adieu ma concubine, réalisé par un autre diplômé de l’Académie du film de Pékin, Chen Kaige.

Ce classique des années 90 met en scène deux stars de l’opéra de Pékin, un lieu réputé pour ses performances alliant chant, dialogue, mime, arts martiaux, musique et des costumes aussi colorés qu’élaborés.

Dans le cadre de leur visite touristique de Pékin, les étudiants de l’Académie ont la possibilité d'assister à des spectacles d'opéra. Le Théâtre de la guilde du Huguang accueille des représentations dans un cadre historique datant du XIXe siècle, tandis que le Théâtre rouge met en lumière une autre tradition, celle du kung-fu pékinois.

Renseignez-vous sur les programmes d'échange à Pékin auprès de votre université ou rendez-vous sur le site internet de la municipalité de Pékin pour plus d’informations concernant les écoles, les bourses d'études, les visas, etc.

Plus de monde