DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les ficelles de la pêche à la mouche à Dubaï

euronews_icons_loading
Les ficelles de la pêche à la mouche à Dubaï
Taille du texte Aa Aa

Dubaï est connu pour ses gratte-ciels et ses hôtels de luxe, mais saviez-vous que l'émirat regorge de vie marine ? Fort de ses récifs artificiels parmi les plus grands au monde et de sa tradition intacte de la pêche, il attire en particulier, les pêcheurs à la mouche.

L'histoire maritime de Dubaï est riche et aujourd'hui encore, l'émirat attire les mordus de pêche à la mouche sportive.

Notre journaliste James O'Hagan découvre cette activité aux côtés de Nick Bowles, fondateur d'Ocean Active Fly, la première entreprise à proposer cette activité au Moyen-Orient.

"Dubaï a construit les plus grands récifs artificiels avec ses îles en forme de palmier," affirme Nick Bowles qui ajoute : "Ce qui crée un immense habitat."

Notre reporter part en mer avec son guide et admire le décor autour de lui : "Sur ma droite, le Burj Khalifa ; face à nous, le Burj Al Arab et sur ma gauche, le Palm Jumeirah, la marina de Dubaï et sous l'eau, on l'espère, du poisson," s'amuse-t-il.

Nick Bowles lance sa ligne et montre à James O'Hagan les oiseaux qui survolent l'appât. "Vous voyez comment ils plongent ? Ils montent et descendent en suivant nos appâts que les queenfish déplacent," dit-il. "Puis ils descendent en piqué [ndlr : pour essayer d'attraper les poissons]," fait remarquer notre journaliste.

Étapes du lancer

Pour pêcher à la mouche en pleine mer, il faut sans cesse être en mouvement pour traquer les bancs de poisson. Le responsable de cette sortie explique le principe : "On fonce, on lance... On fonce, on lance..." avant de décrire les différentes étapes du lancer.

"Il faut tirer, puis allonger la ligne," décrit-il. "On la ramène en arrière," indique James O'Hagan. "Puis on lance tout droit," complète Nick Bowles.

Peu de temps après, il semble que cela morde : "Vous en avez un !" s'enthousiasme l'encadrant. Mais quelques instants plus tard, "c'est raté," constate-t-il.

"Peut-être qu'ils n'ont pas faim," fait remarquer James O'Hagan. "Vous changez d'appât ?" demande-t-il à Nick Bowles qui lui répond par l'affirmative.

"On prend et on remet à l'eau"

L'essai sera cette fois concluant : "On l'a eu," se réjouit notre reporter.

Nick Bowles précise : _"On prend et on remet à l'eau." _Puis il passe sa canne à pêche à son élève.

Sérieux, James O'Hagan ne veut pas laisser échapper le gros poisson qu'il vient d'attraper. Une bagarre s'engage pour l'amener à bord. "Le poisson tire tellement, il va me faire faire du ski nautique," fait-il remarquer.

Il finit par y arriver en suivant les conseils de Nick Bowles qui indique : "C'est un gros poisson, un queenfish de Dubaï de 7 ou 8 kilos. On s'est arrangé pour que James attrape un poisson," plaisante-t-il.

"Maintenant, on le remet à l'eau," indique notre journaliste qui remercie Nick Bowles pour cette initiation. Mais son formateur lui joue un tour en le poussant par-dessus bord : "Maintenant, vous pouvez pêcher à mains nues à l'ancienne," lance-t-il en riant.