DERNIERE MINUTE

Janus Rostock : "Dubaï est un terrain de jeu pour architectes"

Janus Rostock : "Dubaï est un terrain de jeu pour architectes"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'architecte danois de renommée mondiale Janus Rostock répond à euronews, au sein de l'Opéra de Dubaï qu'il a lui-même imaginé. Il évoque ce projet et les nombreux autres auxquels il participe sur place, mais aussi la dimension architecturale unique de Dubaï.

Première ville des Emirats arabes unis, Dubaï se distingue par son panorama emblématique de gratte-ciels les plus ambitieux les uns que les autres, de la plus haute tour du monde à la structure en forme de voile qui abrite le seul hôtel du monde à afficher 7 étoiles.

Quelques-uns des meilleurs architectes internationaux ont façonné cette mégalopole depuis des décennies. L'un des plus illustres, c'est probablement le Danois Janus Rostock, l'homme qui a imaginé l'Opéra de Dubaï.

Jane Witherspoon, euronews :

"Que ressentez-vous en voyant que l'espace que vous avez conçu est désormais utilisé ?"

Janus Rostock, architecte :

"C'est formidable. C'est formidable d'être architecte et de réaliser des projets que les gens investissent. L'une des choses très gratifiantes pour moi, c'est quand j'arrive dans un bâtiment avec certaines idées sur son aspect, sur le sentiment qu'il peut donner et sur son utilisation, de me rendre compte que finalement, les gens l'emploient d'une autre manière qui peut être meilleure d'ailleurs. Et je crois que c'est vraiment l'essence même de ce que nous faisons : on aménage le décor pour que la vie s'installe ! Mais la vie, on ne peut pas la prévoir !"

"Cet opéra devait rivaliser avec d'autres merveilles"

Jane Witherspoon :

"Quels défis avez-vous dû relever quand vous avez travaillé sur ce projet ?"

Janus Rostock :

"Je crois que le plus grand défi à relever pour l'Opéra de Dubaï que nous avons conçu au sein du cabinet Atkins consistait à créer un bâtiment avec juste à côté, le plus haut gratte-ciel au monde, la plus grande fontaine au monde et l'un des centres commerciaux les plus vastes au monde et il s'agissait de trouver comment imaginer un Opéra qui puisse être capable de rivaliser - entre guillemets - avec ces merveilles architecturales."

Jane Witherspoon :

"Où trouvez-vous votre inspiration ? À partir de quoi créez-vous quelque chose comme ça ?"

Janus Rostock :

"L'idée générale d'avoir un bâtiment qui a une forme de boutre - de petit voilier - est liée au fait que ce bâtiment est ancré à Dubaï : la tribu des Bani-Yas est arrivée ici, elle s'est installée dans la crique et c'est en fait le boutre qui a apporté la prospérité grâce à la récolte des perles et la pêche et il a aussi amené le commerce ici. Dubaï est un carrefour commercial.

Le boutre lui-même appartient à cette histoire et il se trouve aussi que le père de l'un de nos clients construisait des boutres, le père d'un autre était capitaine de boutre. Donc, c'est quelque chose qui est profondément enraciné dans la culture émiratie."

"Un bac à sable pour de nombreux architectes"

Jane Witherspoon :

"Dubaï a une identité tellement forte. Son panorama de gratte-ciels est connu dans le monde entier. Selon vous, pourquoi l'architecture est-elle si spectaculaire ici ?"

Janus Rostock :

"Pour moi, Dubaï est une ville intéressante dans le sens où c'est un terrain de jeu, un "bac à sable" pour de nombreux architectes. Elle nous permet de tester des idées différentes. Il y a très peu de limites à notre imagination. Nous avons des budgets, nous devons les respecter, nous avons des contraintes, mais nous pouvons faire preuve d'une imagination sans limites dans nos projets."

Jane Witherspoon :

"Est-ce étrange pour vous de venir ici et de voir que votre bébé est désormais entre d'autres mains ?"

Janus Rostock :

"Cela ne me pose pas de problème de l'abandonner. [rires] Et comme je l'ai dit, il faut avoir conscience que quand on est architecte, le processus de design et de création s'arrête quand on finit nos dessins. Ensuite, on se rend sur le site et on entame le suivi de ce qui se fait sur place. Mais vous savez, on a d'autres enfants : des projets nouveaux sur lesquels on commence à travailler."

"Ici, nous représentons tous des minorités"

Jane Witherspoon :

"Revenons au point de départ. Qu'est-ce qui vous a donné envie d'être architecte et de rejoindre ce secteur d'activité ?"

Janus Rostock :

"J'ai su dès l'âge de 8 ans que je voulais devenir architecte. Mon grand-père était architecte. Quand j'étais enfant, il ne pratiquait plus vraiment, il était le PDG du cabinet pour lequel il avait travaillé. Mais c'est ce qui m'a amené à m'intéresser à l'architecture, à apprendre comment les choses étaient construites."

Jane Witherspoon :

"Qu'est-ce qui vous a attiré à Dubaï ? En quoi est-ce différent de travailler ici ?"

Janus Rostock :

"Je crois que Dubaï est extraordinaire du fait de sa localisation dans le monde. Deux tiers de la population mondiale vit à maximum huit heures de vol d'ici ! Ici, nous représentons tous des minorités. Les Emiratis eux-mêmes appartiennent quasiment tous à une minorité. Et le résultat, c'est que cela nous incite à nous écouter les uns les autres. On est tous curieux, on ne dit jamais : "On a l'habitude de faire les choses comme ça" parce qu'il n'y a pas d'habitudes qui ont été prises. Chacun voit le monde de manière légèrement différente. Et c'est ce qui pour moi, permet cette innovation qui se concrétise ici. Cela nous donne la possibilité de nous concentrer sur ce que nous faisons et sur la manière dont nous partageons l'architecture."

"L'architecte star n'existe plus"

Jane Witherspoon :

"Il y a une idée que vous défendez ardemment : vous dites : "L'architecte star n'existe plus". Qu'entendez-vous par là ?"

Janus Rostock :

"Je reçois beaucoup de mérite pour le travail que font les équipes avec lesquelles je collabore. Pour moi, l'architecture, c'est un sport d'équipe. Il faut tenir compte de toute l'équipe. Je peux faire ce que je fais uniquement parce que je travaille avec des gens brillants. C'est pour cela que je dis que l'architecte star n'existe plus. Avec la masse de nouveaux matériaux disponibles, la technologie et la complexité du monde actuel, nous devons travailler au sein de grandes équipes dont les membres disposent de toute une série de compétences différentes."

Jane Witherspoon :

"Comme vous l'avez dit, Dubaï est un melting-pot. Est-ce que cela a été facile de passer de l'Europe au Moyen-Orient ?"

Janus Rostock :

"En fait, nous sommes des aventuriers. [rires] Nous sommes arrivés en 2005 et à l'époque, Dubaï n'était pas comme aujourd'hui. C'était un immense site de construction. Il y avait des grues partout, beaucoup de poussière et en un sens, c'était un peu le Far West. Ce que vous voyez aujourd'hui, c'est une version édulcorée de ce qu'était Dubaï quand nous sommes arrivés. Cela dit, c'était quand même un lieu qui nous attirait : il y avait des gens accueillants, des projets très, très intéressants et nous avions de formidables opportunités pour mettre en œuvre nos compétences acquises en Europe."

"Tous ces projets ont transformé ou transformeront le visage de Dubaï"

Le port de Dubaï, le centre Al Kifaf, l'île Bluewaters et le port de la crique de Dubaï ne sont que quelques-uns des grands projets auxquels Janus Rostock a participé.

Janus Rostock :

"Très souvent, ces projets suivent leur propre voie. Il se peut que vous démarriez le projet, puis que quelqu'un le poursuive ou qu'on le reprenne après que quelqu'un d'autre soit intervenu dessus. Tous ces projets sont exceptionnels dans la manière dont ils ont transformé ou ils transformeront le visage de Dubaï."

Jane Witherspoon :

"Enfin, pourriez-vous nous dire quel est votre joyau caché à Dubaï ? Cela peut être un lieu secret, un endroit où vous avez vécu quelque chose de spécial."

Janus Rostock :

"Je suis un grand buveur de café. Donc j'aime beaucoup le café et Dubaï est devenue la Mecque des petits Coffee shops et je pense que l'une des choses que je peux vraiment recommander, c'est de vous rendre dans ces lieux spécifiques et d'y déguster un excellent café."

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.