Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Forum eurasien des médias joue la carte de la franchise pour venir à bout des stéréotypes

Le Forum eurasien des médias joue la carte de la franchise pour venir à bout des stéréotypes
Taille du texte Aa Aa

« Le monde d’aujourd'hui transforme-t-il la réalité ? » Le thème du Forum eurasien des médias 2019 pose une question primordiale. Le sommet, qui s’est déroulé du 22 au 24 mai à Almaty, au Kazakhstan, a abordé les principales problématiques qui agitent les médias aujourd'hui.

À l’occasion de sa 16ème édition, ce forum de discussion international a réuni plus de 600 délégués de 42 nationalités différentes afin de débattre, d’influencer et d’échanger de nouvelles idées. Au carrefour entre l’Asie, l’Europe et les pays post-soviétiques, le Kazakhstan constitue un trait d’union naturel entre l’Orient et l’Occident. En réunissant les acteurs politiques, les journalistes et les experts de toutes ces régions, le Forum eurasien des médias place le pays au centre de la carte. Lorsqu’elle crée ce forum en 2002, Dariga Nazarbayeva souhaite surtout promouvoir la compréhension au-delà des frontières régionales et culturelles.

Le Forum n’a jamais eu peur de la controverse : Steve Bannon, ancien directeur de campagne de Donald Trump lors des élections présidentielles américaines, a notamment abordé le sujet de l’équilibre entre les puissances mondiales. Il a été suivi sur scène par Mark Siegel, ancien directeur du comité national démocrate de 1973 à 1977 aux États-Unis, et George Galloway, homme politique qui a siégé au parlement britannique.

Au cœur des débats cette année au Kazakhstan : la grande problématique de la démondialisation, du déséquilibre entre les puissances et du sentiment de défiance. En Asie centrale, le Kazakhstan et ses pays limitrophes récoltent les fruits de l’intégration régionale, continuant à mettre en commun leurs ressources. Aux côtés de ses voisins, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan, le Kazakhstan s’attèle à améliorer la productivité des travailleurs, les politiques anti-corruption, l’administration publique, l’éducation ainsi que le tourisme. Pierre angulaire de la région, le Kazakhstan met tout en œuvre pour développer le commerce interrégional et renforcer les liaisons de transport, mais aussi créer des conditions plus propices aux échanges commerciaux et aux investissements internationaux. Le Forum a étudié en détail le meilleur moyen de mettre en place un regroupement qui favoriserait la croissance des économies de cette zone géographique.

Parallèlement, les pays d’Occident semblent prendre un tout autre virage : plutôt que d'unir leurs forces, ils s’éloignent d’une collaboration internationale. Les États-Unis ont affiché leur stratégie isolationniste en se retirant par exemple du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies ainsi que de l’Accord de Paris sur le climat, tandis que la Grande-Bretagne continue à faire vaciller l’Europe avec le Brexit. Le Forum a permis de discuter des répercussions sur le plan international de ce genre d’événements, et de la manière dont les médias peuvent favoriser un débat sain et rigoureux alors que tout le monde essaie de donner du sens à la situation. L’ère de la mondialisation est-elle révolue ? Face à l’actuelle crise mondiale, quelles sont les perspectives ?

Le Forum eurasien des médias permet de confronter des points de vue opposés dans le cadre de discussions saines, ponctuées d'interactions avec l’assistance, le tout animé par des présentateurs de télévision chevronnés. John Defterios, journaliste respecté de la chaîne d’informations américaine CNN, et Ghida Fakhry, présentatrice de la chaîne de télévision turque TRT et modératrice de l’émission de débat qatarie Doha Debates, ont tous les deux apporté leur expertise du secteur.

Il a été question des tendances économiques, des menaces écologiques ainsi que de l'avenir de la législation sur le cannabis : sujets prêtant réellement à controverse. Les blogs et les réseaux sociaux constituent-ils un nouveau moyen pratique de communiquer en dehors des médias traditionnels ? Ou s’agit-il plutôt d'une tendance dangereuse propice à la diffusion de fausses informations ? L’intelligence artificielle constitue-t-elle une vraie menace pour l’avenir de l’humanité ? Ou les avantages l'emportent-ils sur les risques ? Dans un monde en pleine mutation, peuples et nations sont en quête de nouveaux modèles pour les guider alors que chaque jour apporte son lot de découvertes.

Au fil des années, plus de 1 500 représentants sont venus assister au Forum eurasien des médias au nom de grands médias internationaux, comme Bloomberg, la BBC, Euronews, Associated Press, CNN, Al Jazeera, The New York Times, Reuters et Russia Today. Le Kazakhstan entend faire le lien entre des personnes qui ne voient pas les choses du même œil afin qu’elles trouvent un terrain d'entente, croyant dur comme fer qu’il suffit parfois de s’asseoir et de parler ensemble pour tordre le cou aux préjugés et stéréotypes. Le Forum eurasien des médias vise justement à être un lieu de rencontre qui permette à tous de découvrir de nouvelles façons de penser et de porter un nouveau regard sur le monde.