DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Croissance chinoise, transformations dans le numérique et gisement de gaz en Turquie

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés    -   Credit: Dubai Tourism
Taille du texte Aa Aa

Business Line, l'émission qui fait le tour de l'actualité des entreprises, s'intéresse ce mois-ci au rebond de l'économie chinoise, menacée par la dégradation de ses relations commerciales avec les Etats-Unis, aux récentes transformations dans le monde du marketing numérique, et à la découverte d'un immense gisement de gaz par la Turquie.

Après un premier trimestre au ralenti, en raison de la pandémie de coronavirus, l'économie chinoise a connu un reprise rapide au deuxième trimestre 2020, avec une augmentation de 3,2% de son PIB. De quoi bouleverser les prévisions des analystes.

Dans les villes chinoises, la plupart des structures ont rouvert. C'est le cas du marché de Sanlitun de Pékin : "Pendant l'épidémie, il y avait moins d'interactions et de divertissements ici. Ce marché nous permet de retrouver des échanges directs avec les consommateurs, ce qui est très utile pour nous, les vendeurs. J'ai remarqué que le l'industrie revient et que les entreprises d'ici se rétablissent", raconte Liu Xiao, l'un des commerçants du marché.

Mais alors que les États-Unis se préparent à l'élection présidentielle de novembre, le président Donald Trump a ravivé les tensions commerciales avec la Chine en relançant l'idée d'un "découplage" des économies, c'est à dire, de dénouer les liens qui unissent les deux puissances, en privilégiant notamment leurs propres marchés intérieurs.

Euronews
La croissance chinoise lors des derniers trimestres.Euronews

"Aucun pays ne nous a autant arnaqué que la Chine. Faut-il découpler ? C'est une bonne question, car jusqu'ici, nous n'avons rien obtenu de la Chine. On perd simplement de l'argent", estimait ainsi Donald Trump, lors d'une interview sur la chaîne conservatrice Fox News.

Entre-temps, le ministère chinois des Affaires étrangères s'est adressé aux Républicains et Démocrates à Washington. Une manière de montrer, peut-être, que la Chine estime probable une défaite de Donald Trump en novembre.

"Nous espérons que les partis Démocrate et Républicain verront la Chine, et les relations entre la Chine et les Etats-Unis, d'une façon objective ; et qu'ils travailleront avec la Chine pour faire progresser ces relations, en mettant l'accent sur la coordination, la coopération et la stabilité. Tout cela sert les intérêts communs des peuples en Chine, aux États-Unis et dans le monde entier", déclarait le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

Qu'un "découplage" entre les deux géants du commerce mondial soit réalisable ou non, une chose semble probable : celui qui siégera dans le bureau ovale en 2021 devra aplanir les relations commerciales bilatérales en position de faiblesse, par rapport à une Chine renforcée.

Create Media : "Fake it untill you make it"

L'agence Create Media, située à Dubaï, a récemment été classée parmi les 50 agences de marketing à la croissance la plus rapide au monde, par la revue spécialisée américaine Adweek. Business Line a rencontré son fondateur et directeur général du groupe, Tom Otton, pour discuter de l'évolution rapide du monde des réseaux sociaux et de la façon dont il faut parfois "faire semblant, jusqu'à y arriver".

Euronews
Tom Otton, le directeur général de Create Media.Euronews

"Create Media est né autour de 2010. Lorsque nous avons démarré, notre premier gros client est arrivé et nous lui avons présenté un site web. C'était un client avec lequel nous n'aurions pas dû travailler, il était hors de notre portée, se souvient Tom Otton. _Nous venions juste d'emménager dans nos premiers locaux. J'ai donc retardé jusqu'à ce que je ne le puisse plus. Mais nous n'avions toujours pas d'électricité. J'ai téléphoné à un ami et lui ai demandé s'il y avait une grosse batterie sur laquelle je pouvais brancher un ordinateur. Je l'ai mise sous la table et j'ai fait une présentation complète, en disant que nous avions une quinzaine de personnes dans l'agence. Elles faisaient semblant de travailler, sur des ordinateurs qui n'étaient pas branchés ! _"

Une audace qui a finalement payé. Aujourd'hui, l'agence de marketing compte de nombreux clients au Moyen-Orient. "Nous travaillons avec Visit Dubai, qui fait partie de Dubai Tourism. Nous gérons les réseaux sociaux de l'Expo 2020, détaille le fondateur de l'agence. Nous travaillons sur un projet avec la compagnie aérienne Emirates, et nous gérons son contenu vidéo. Nous avons fait une vidéo très sympa avec Spider-Man, pour la sortie du film "Far From Home".

Le marketing numérique est l'un des secteurs qui n'ont pas été trop durement touchés par la pandémie de Covid-19. Toutefois, les débuts ont été plus chaotiques, comme le raconte Tom Otton : "Nous avons perdu quelques clients qui ont été affectés de manière importante. Mais a part ça, nous avons connu une croissance. L'année dernière, nous avons augmenté nos effectifs de 91 %, et cette année, nous allons probablement encore les augmenter de 50 à 60 %. La croissance a donc été rapide, ces trois ou quatre dernières années."

Comme l'explique le fondateur de Create Media, la pandémie mondiale est venue accélérer les récents changements survenus dans le paysage numérique. "Les trois ans de trajectoire que nous avions prévus en janvier se sont déroulés en un trimestre seulement", raconte le PDG.

Nous aidons beaucoup de ministères à élaborer une histoire, à la raconter. Par exemple, avec le tourisme à Dubaï : comment montrer que Dubaï est ouverte au tourisme ? Oui, nous devons encore vendre le rêve de voyager, mais en même temps, nous devons aussi montrer que nous nous concentrons sur la sécurité, le protocole, dès lors que les gens arrivent à bon port, de l'aéroport jusqu'à l'hôtel.
Tom Otton
fondateur de Create Media

Create Media aide aussi ses clients à toucher une audience plus vague, notamment la "génération Z", qui a des habitudes de consommation très différentes des autres classes d'âge.

"La jeune génération n'a pas le temps pour des contenus très travaillés. Regardez TikTok par exemple. Il n'y a rien de plus brut que TikTok, les gens créent eux même des contenus vidéos, souvent depuis chez eux, raconte Tom Otton. Certaines marques ne le comprennent pas. Il ne s'agit pas de prendre la même publicité et de la mettre sur Tiktok car c'est là qu'est la jeune génération. Il s'agit plutôt de comprendre la psyché des gens sur cette plateforme, ce qu'ils veulent voir, ce à quoi ils veulent se connecter; et de créer une histoire dans le même esprit."

La Turquie découvre un immense gisement de gaz

Après avoir chuté à des niveaux records cet été, la livre turque a bénéficié d'un répit bienvenu en août après que le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé la découverte d'environ 320 milliards de mètres cubes de gaz naturel au large des côtes de la mer Noire.

"La Turquie a maintenant la force, la volonté et les ressources nécessaires pour se débrouiller seule, sans avoir à se réfugier dans l'ombre de quiconque, dans n'importe quel domaine. Notre objectif est de rendre le gaz de la mer Noire utilisable par notre nation d'ici 2023", déclarait le président turc en conférence de presse.

S'il faut encore mesurer quelle part de gaz est récupérable, cette découverte est une bonne nouvelle pour l'économie de ce pays, dont les importations d'énergie se sont élevées l'année dernière à environ 35 milliards d'euros. Mais beaucoup d'experts sont sceptiques quant à l'agenda du président turc.

"Le calendrier de 2023 me parait trop ambitieux. Pour citer un exemple : Israël a découvert deux gisements massifs au cours des 20 dernières années, mais il a fallu plus de 10 ans pour les mettre en service", explique ainsi le Dr. John Bowlus, rédacteur en chef de Energy Reporters / Center for Energy and Sustainable Development à l'université Kadir Has.

Cette découverte survient alors que les tensions entre la Turquie et la Grèce s'exacerbent en raison de l'exploration pétrolière et gazière dans les eaux contestées de la Méditerranée orientale.

Mais ce gisement devrait poser moins de problème, comme le raconte Dr. John Bowlus : "Ce gisement est en mer Noire, où la Turquie a déjà délimité ses frontières avec ses voisins. Ce sera donc une source de gaz turque, et le pays sera libre de l'exploiter seule. Ce gisement pourra bénéficier à l'économie turque, en l'aidant à réduire son déficit des transactions courantes."

Bien que nos besoins énergétiques doivent passer rapidement aux énergies renouvelables, cette découverte permettra, à court terme, d'offrir à l'économie turque une bouée de sauvetage, alors que ses besoins sont sans précédent.