Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Deux tactiques militaires distinctes s'affrontent en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par euronews
Des chars détruits sur la route de Brovary dans le nord de l'Ukraine, le 10 mars 2022
Des chars détruits sur la route de Brovary dans le nord de l'Ukraine, le 10 mars 2022   -   Tous droits réservés  Felipe Dana/AP   -  

Face à la résistance acharnée des forces ukrainiennes, de nombreux experts soulignent le risque de voir l'armée russe intensifier encore ses bombardements, avec l'effroyable destruction qu'ils engendrent. Un scénario qui se vérifie jour après jour à Marioupol, Kharkiv et Chernihiv notamment. Ces villes sont pilonnées au moyen de roquettes, d'artillerie lourde et de frappes aériennes.

"Les Russes veulent réduire les villes en morceaux bloc par bloc"

Selon Siemon Wezeman, chercheur à l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), il s'agit d'une tactique typiquement russe héritée de l'époque soviétique. Lorsque des troupes déployées en masse ne peuvent pas submerger un ennemi, elles déclenchent l'armement lourd.

"Peu importe que l'ennemi soit ou non dans la ville, on la fait sauter," indique le spécialiste en décrivant le comportement russe. "Ils ont fait la même chose à Grozny en Tchétchénie : sur place, ils ont d'abord essayé d'entrer avec des forces limitées pour tenter de prendre la ville aux rebelles tchétchènes," explique-t-il. "Cela n'a pas marché, alors ils ont dit que bloc par bloc, ils allaient réduire cette ville en morceaux," dit-il.

Cette méthode a été employée en Syrie et a eu des conséquences dévastatrices à Alep. La ville avait subi une pluie de frappes aériennes et de bombardements.

Dans ce conflit en Ukraine, la Russie a annoncé le déploiement d'unités syriennes spéciales qui ont l'expérience des combats en zone urbaine.

Des opérations ukrainiennes "agiles" et "à petite échelle"

L'armée ukrainienne, de son côté, tente d'arrêter l'encerclement des villes, y compris la capitale Kyiv, pour empêcher l'armée russe d'assiéger des quartiers entiers.

Les stratèges militaires de Moscou se retrouvent confrontés à des pertes de chars, mais aussi à des tactiques ukrainiennes agiles selon le spécialiste Siemon Wezeman.

"Les Ukrainiens se sont entraînés depuis 2014, sur les concepts d'opérations à petite échelle menées par des autorités déléguées par exemple," précise le chercheur. "Depuis 2014, un très grand nombre de soldats ukrainiens ont aussi été formés par les armées occidentales," fait-il remarquer.

Même si les troupes ukrainiennes semblent avoir ralenti l'offensive initiale menée par la Russie, l'armée russe est encore loin d'être dos au mur. Elle compte sur une réorganisation et des renforts étrangers, pour tenter de reprendre sa marche en avant.