This content is not available in your region

Ukraine : efforts diplomatiques, 20 000 personnes évacuées de Marioupol

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Enterrement de soldats ukrainiens à Lviv, ce mardi. le bombardement d'une base militaire a fait au moins 35 morts.
Enterrement de soldats ukrainiens à Lviv, ce mardi. le bombardement d'une base militaire a fait au moins 35 morts.   -   Tous droits réservés  Bernat Armangue/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Au vingtième jour de guerre en Ukraine à la suite de l'invasion russe lancée le 24 février, les pourparlers entre délégations russe et ukrainienne ont continué ce mardi, une lueur d'espoir émergeant depuis quelques jours mais en contraste avec l'élargissement de l'opération russe à travers toute l'Ukraine. Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène sont par ailleurs arrivés mardi soir à Kiev, pour affirmer "le soutien sans équivoque" de l'UE à l'Ukraine.

Merci d'avoir suivi tout au long de la journée notre couverture en direct du conflit en Ukraine. Reprise du direct ce mercredi matin.

15.03.2022
20:28
Ces images filmées par un drone montrent la destruction d'un char russe ce mardi en Ukraine. L'origine de l'explosion reste indétermminée. 
15.03.2022
20:11
   center no-repeat #999999;cursor:pointer;top:-8px; border-radius: 2px;">↵
Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène sont arrivés mardi soir à Kiev, pour affirmer "le soutien sans équivoque" de l'UE à l'Ukraine, a annoncé le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki sur Facebook. "Nous devons faire cesser le plus rapidement possible cette tragédie qui se déroule à l'Est. C'est pourquoi, avec le vice-Premier ministre (polonais) Jaroslaw Kaczynski, et les Premiers (tchèque et slovène) Petr Fiala et Janez Jansa, nous sommes à Kiev", a écrit Mateusz Morawiecki.
15.03.2022
18:19
Diplomatie : Joe Biden participera au sommet extraordinaire de l'Otan qui aura lieu le 24 mars à Bruxelles et sera aussi l'invité du sommet européen qui sera organisé le même jour. Joe Biden se rendra au sommet de l'Otan pour réaffirmer "l'engagement à toute épreuve" des Etats-Unis auprès de leurs alliés.
La Russie de son côté a décidé mardi d'engager la procédure de "sortie du Conseil de l'Europe", accusant l'Otan et l'UE d'en avoir fait un instrument au service de "leur expansion militaro-politique et économique à l'Est". "La notification du retrait de la Fédération de Russie de l'Organisation" a été remise mardi à sa secrétaire générale Marija Pejcinovic Buric, a annoncé dans un communiqué le ministère russe des Affaires étrangères.
15.03.2022
18:00
Un caméraman de Fox News a été tué sur le terrain en Ukraine. Son véhicule, qu'il partageait avec un collègue journaliste de la chaîne, a été atteint par des tirs à Horenka, près de Kyiv. Basé à Londres, Pierre Zakrzewski travaillait pour Fox News dpuis plusieurs années et avait couvert les guerres en Irak, en Afghanistan et en Syrie.

Fox News cameraman Pierre Zakrzewski killed in Ukraine

Fox NewsVeteran Fox News cameraman Pierre Zakrzewski has died after his vehicle was struck by incoming fire in Horenka, outside Kyiv, Ukraine, on Monday, Fox News Media CEO Suzanne Scott announced Tuesday.
15.03.2022
16:12
La Russie sanctionne Biden et plusieurs hauts responsables américains (ministère)
15.03.2022
15:47
Si l'on en croit ce journaliste du Financial Times, la journaliste russe Marainna Ovsiannikova ne risque "que" dix jours de prison...
Tweet : "Après avoir disparu pendant près de 24 heures, Marina Ovsyannikova a refait surface au tribunal, où elle est accusée d'un délit mineur pour sa manifestation sur Channel One.
Il est important de noter qu'elle ne relève pas de la nouvelle loi sur les "fake news", ce qui signifie qu'elle risque au maximum 10 jours de prison".
15.03.2022
15:42
Washington annonce de nouvelles sanctions contre la Russie et le président du Bélarus, Loukachenko (Trésor)
15.03.2022
15:38
La France est prête à offrir sa "protection" à l'employée de la télévision russe qui a protesté en direct contre la guerre en Ukraine, soit à l'ambassade, soit en lui accordant l'asile, a annoncé Emmanuel Macron ce mardi, en réclamant à Moscou "toute la clarté" sur sa situation. "Nous allons lancer des démarches visant à offrir une protection, soit à l'ambassade, soit asilaire, à votre confrère", a-t-il dit devant des journalistes, ajoutant qu'il aurait "l'occasion lors de (son) prochain entretien avec le président Poutine de proposer cette solution de manière directe".
La présidence française souhaite lui offrir une protection consulaire à son ambassade à Moscou mais a besoin de l'accord de la Russie, a expliqué l'Elysée. Le candidat écologiste à la présidentielle, Yannick Jadot, avait auparavant demandé sur Twitter à "l'ambassade de France à Moscou d'accueillir Marina Ovsiannikova pour que la France lui accorde l'asile", alors qu'elle "dit risquer cinq à dix ans de prison pour son geste de protestation contre la guerre en Ukraine".
Cette femme a fait irruption pendant un journal télévisé avec une pancarte critiquant l'offensive militaire en Ukraine, ce qui pourrait lui valoir jusqu'à 15 ans de prison en vertu d'une nouvelle loi, a indiqué mardi à l'AFP son avocat, Daniil Berman. Celui-ci ignore où est détenue sa cliente, qui a été aussitôt arrêtée. Marina Ovsiannikova, née à Odessa en Ukraine, a fait irruption lundi soir en plein direct sur le plateau de l'un des journaux télévisés les plus regardés de Russie, sur la chaîne fédérale pro-Kremlin Pervy Kanal, dont elle est employée. Elle a surgi derrière la présentatrice avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire :
"Non à la guerre. Ne croyez pas la propagande. On vous ment, ici".

Il s'agit d'une scène rarissime dans un pays où l'information est strictement contrôlée, et ce d'autant plus depuis le début du conflit.
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui qualifié mardi cette protestation d'acte de "hooliganisme". "La chaîne et ceux qui doivent s'en occuper, s'en occupent", a-t-il commenté.
Dans une vidéo enregistrée avant de passer à l'acte, Marina Ovsiannikova a expliqué que son père est ukrainien, sa mère russe, et qu'elle ne supporte plus la diffusion de "mensonges" qui "zombifient" les Russes. Depuis, elle a reçu sur son compte Facebook des dizaines de milliers de messages de soutien.
-AFP-
15.03.2022
15:21

Voici les principales infos à retenir ce mardi à 15h

  • "Un moment dangereux" pour Kyiv
Les frappes russes se multiplient à Kyiv, la capitale, qui vit "un moment dangereux et difficile", a déclaré le maire de la ville, Vitali Klitschko, en décrétant un couvre-feu de mardi 20H00 à jeudi 07H00. Deux personnes sont mortes après qu'un immeuble de 15 étages a été frappé dans un quartier ouest de la capitale, Sviatochine. Un autre immeuble de neuf étages a été touché dans le quartier nord-ouest de Podil, plus proche du centre-ville. Plus au sud, le quartier d'Ossokorky a également subi des dégâts. Dans l'est de l'Ukraine, l'aéroport de le ville de Dnipro a subi des "destructions massives" après deux bombardements russes dans la nuit, d'après les autorités régionales.
  • Un enfant réfugié chaque seconde
Le nombre de personnes ayant fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion du pays par l'armée russe a atteint les 3 millions, a indiqué mardi un porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève. A quasiment chaque seconde qui passe, un enfant en Ukraine devient un réfugié, a affirmé le Fonds des Nations unies pour l'enfance.
  • Reprise des pourparlers
La quatrième session de négociations pour tenter de trouver une issue à la crise a repris mardi après une pause la veille, a annoncé un haut responsable ukrainien, insistant sur la demande de cessez-le-feu formulée par Kyiv. Le Kremlin a estimé prématuré tout "pronostic" sur les négociations avec Kiev, après qu'un conseiller de la présidence ukrainienne a jugé possible un accord de paix d'ici mai. Dans la nuit de lundi à mardi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé dans une vidéo que les Russes avaient "déjà commencé à comprendre qu'ils ne parviendront à rien par la guerre".
  • Des dirigeants européens à Kiev
Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène devaient se rendre mardi à Kyiv, en qualité de représentants du Conseil européen, pour affirmer "le soutien sans équivoque" de l'Union européenne à l'Ukraine, a annoncé le gouvernement polonais.
  • Des milliers de Syriens recrutés par la Russie
La Russie a établi des listes de 40.000 combattants de l'armée syrienne et de milices alliées, prêts à être déployés en Ukraine, a affirmé mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Selon l'OSDH, des officiers russes, en coordination avec l'armée syrienne et des milices alliées, ont ouvert des bureaux d'enrôlement dans les zones tenues par le régime de Damas.
  • Couloir humanitaire
Quelque 2.000 véhicules ont pu sortir via un couloir humanitaire de Marioupol, assiégée par les forces russes et les séparatistes prorusses, a indiqué la municipalité.
  • Sanctions britanniques
Le gouvernement britannique a imposé des sanctions commerciales contre la Russie, avec notamment des droits de douane punitifs sur la vodka et une interdiction d'exporter des produits de luxe.
  • "Addiction" aux hydrocarbures russes
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a pressé les pays occidentaux de mettre fin à leur "addiction" aux hydrocarbures russes, peu avant une visite en Arabie saoudite. Dans une tribune dans la presse, il a déclaré que les dirigeants occidentaux avaient commis une "terrible erreur" en laissant le président russe Vladimir Poutine "s'en tirer" après l'annexion de la Crimée en 2014 et en devenant "plus dépendants" du gaz et du pétrole russes. 
  • Céréales: la Russie limite ses exportations
La Russie a introduit des restrictions aux exportations vers quatre républiques ex-soviétiques sur les céréales, dont elle est une exportatrice majeure, afin d'éviter des pénuries et une explosion des prix. Les pays concernés sont le Kazakhstan, le Bélarus, l'Arménie et le Kirghizstan.
  • Pékin refuse d'être "affectée"
La Chine refuse d'être affectée par les sanctions occidentales contre la Russie, a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, selon des propos rapportés mardi par l'agence Chine nouvelle.
-AFP-