This content is not available in your region

Guerre en Ukraine : à Kyiv, les quartiers d'Obolon et Kurenivka bombardés

Access to the comments Discussion
Par Anelise Borges
euronews_icons_loading
Un immeuble d'habitation de Kyiv touché et détruit par un bombardement des forces russes, le 14 mars 2022
Un immeuble d'habitation de Kyiv touché et détruit par un bombardement des forces russes, le 14 mars 2022   -   Tous droits réservés  Vadim Ghirda/AP Photo

Il a fallu plusieurs heures aux secouristes pour éteindre l'incendie de cet immeuble résidentiel touché par une roquette russe dans le nord de Kyiv. Bilan : au moins deux morts et douze blessés. Encore sous le choc, les habitants ont décrit la terreur qui a frappé juste avant le lever du soleil.

"Je dormais. Il était 5 heures du matin. Je me suis réveillé parce que toutes ces choses me sont tombées dessus à cause de l'explosion : ma garde-robe, mes livres, mon ordinateur et tout le reste" raconte Oleg.

"Tout était en feu et j'essayais de l'éteindre. Je suis sortie sur le balcon et j'ai essayé de demander de l'aide mais je savais que je devais continuer à essayer d'arrêter le feu. J'ai mouillé des serviettes et couvert mon visage pour ne pas suffoquer. Les pompiers sont montés dans mon appartement et nous sommes descendus avec mon fils par l'échelle" explique une habitante de l'immeuble bombardée du quartier d'Obolon.

Le quartier d'Obolon n'est pas la seule zone résidentielle à avoir été touchée aux premières heures du jour. Des fragments d'un missile sont également tombés dans le quartier historique de Kurenivka, faisant un mort et six blessés. Pour les autorités, il s'agit là d'exemples de la tactique russe : bombardements aveugles et impitoyables.

"Je suppose que la cible principale était une boulangerie qui se trouve dans cette zone. Nous savons que les Russes ont tendance à attaquer les infrastructures sociales, afin de pousser la ville vers un effondrement humanitaire" souligne Gyunduz Mamedov, ancien procureur général adjoint de l'Ukraine.

Selon un conseiller du président Zelenskyy, la capitale est "une ville en état de siège".

"Le fait de prendre pour cible des civils dans des infrastructures équivaut à des crimes de guerre, mais les habitants de cet immeuble disent qu'ils ne se soucient pas de savoir si quelqu'un sera jugé coupable. Leur priorité pour l'instant est de trouver un nouveau logement" indique Anelise Borges, envoyée spéciale d'euronews à Kyiv.