This content is not available in your region

Guerre en Ukraine : le point sur la journée du 11 mars

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Emmanuel Macron, le président français, à Versailles le 11/3/2022
Emmanuel Macron, le président français, à Versailles le 11/3/2022   -   Tous droits réservés  LUDOVIC MARIN/AFP

Lancée le jeudi 24 février, l'invasion russe de l'Ukraine est entrée ce vendredi 11 mars dans sa troisième semaine. Retrouvez sur cette page, la couverture que nous vous avions proposé tout au long de cette journée.

11.03.2022
20:50

Le point sur la situation à 20h45 : 

Les forces russes visent Dnipro 

L'armée russe a étendu vendredi son offensive à la grande ville de Dnipro, une cité industrielle sur le Dniepr, fleuve qui marque la séparation entre l'Est en partie prorusse et le reste du pays.

"Il y a eu trois frappes aériennes sur la ville, sur un jardin d'enfants, un immeuble d'habitations et une usine de chaussures (...) où un incendie s'est ensuite déclaré", ont raconté les services d'urgence ukrainiens.

La capitale ukrainienne ainsi que Marioupol, sur la mer d'Azov, Kryvy Rig, Kremenchug, Nikopol et Zaporijie sont les principales zones où se concentrent toujours les efforts des Russes, selon l'armée ukrainienne. Moscou cherche selon elle à éliminer les défenses ukrainiennes dans plusieurs localités à l'ouest et au nord de la capitale, Kiev, pour "bloquer" la ville.

Marioupol risque "une tragédie inimaginable

Marioupol, un port stratégique du sud de l'Ukraine, encerclé et constamment bombardé par les Russes, est dans une situation "désespérée", selon un haut responsable de MSF, qui appelle à agir pour éviter "une tragédie inimaginable".

"Des centaines de milliers de personnes (...) sont littéralement assiégées", déclare Stephen Cornish, le patron de MSF Suisse et l'un des coordinateurs de l'action de l'ONG en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

Nouvelles sanctions

Joe Biden a annoncé que les Etats-Unis et leurs alliés avaient décidé d'exclure la Russie du régime normal de réciprocité régissant le commerce mondial, ce qui ouvre la voie à l'imposition de sévères tarifs douaniers.

Le président américain veut aussi interdire les importations de vodka, diamants et produits de la mer russe.

Emmanuel Macron a prévenu, à l'issue du sommet de l'UE à Versailles, que les Européens étaient prêts à prendre des "sanctions massives" contre la Russie si la guerre se poursuivait.

Eviter une "confrontation directe" Otan-Russie

Le président des Etats-Unis Joe Biden s'est engagé vendredi à "éviter" une "confrontation directe entre l'Otan et la Russie", car elle provoquerait "la Troisième Guerre mondiale".

"Nous n'allons pas mener une guerre contre la Russie en Ukraine", a martelé le dirigeant américain depuis la Maison Blanche.

Crainte sur des armes chimiques 

La Russie "paiera le prix fort si elle utilise des armes chimiques" en Ukraine, a prévenu Joe Biden, alors que les Occidentaux s'inquiètent d'une possible utilisation de telles armes par Moscou. 

Des combattants syriens côté russe 

Le Kremlin autorise des ressortissants syriens à se porter volontaires pour combattre en Ukraine. Les volontaires sont "avant tout des ressortissants du Proche-Orient, des Syriens", a précisé le Kremlin.

"Il faut aller à leur rencontre et les aider à rejoindre la zone de combat", a dit Vladimir Poutine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé l'utilisation à venir par la Russie "d'assassins syriens" pour "détruire" l'Ukraine.

Craintes sur l'alimentation 

Les pays du G7 ont demandé à la communauté internationale d'éviter toute mesure limitant les exportations de denrées alimentaires pour ne pas aggraver l'actuelle hausse des prix sur ce marché déstabilisé par la guerre en Ukraine.

Le président français Emmanuel Macron a averti que l'Europe et l’Afrique "seront très profondément déstabilisées sur le plan alimentaire" dans les 12 à 18 mois à venir en raison de la guerre.

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture a estimé que huit à 13 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de sous-nutrition dans le monde si les exportations alimentaires de l'Ukraine et de la Russie étaient durablement empêchées.

2,5 millions de réfugiés

Plus de 2,5 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion, dont plus de la moitié ont été accueillies en Pologne, et environ deux millions ont été déplacées en Ukraine même, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Russie: "contrôle strict" des entreprises étrangères 

Le parquet russe a ordonné un "contrôle strict" des entreprises étrangères qui ont suspendu leurs activités en représailles à l'intervention russe en Ukraine. 

La Russie a annoncé avoir restreint l'accès au réseau social Instagram, qu'elle accuse de propager des appels à la violence contre les Russes en lien avec le conflit en Ukraine.

11.03.2022
21:09
Nous allons mettre un terme à notre couverture en direct. Rendez-vous demain.
11.03.2022
20:44

Les chemins de fer ukrainiens se livrent à "un véritable numéro d'équilibriste" pour transporter des réfugiés dans le pays attaqué par la Russie, a indique Oleksandr Pertsovskyi, PDG de la société publique UZ, dans une interview au magazine français spécialisé La Vie du Rail.

"Au 11 mars (vendredi), nous aurons transporté 2 millions de personnes", explique M. Pertsovskyi dans cet entretien réalisé par Skype dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Ce chiffre reste approximatif car en ce moment nos trains transportent 4 à 5 fois plus que leur capacité. Comme nous avons arrêté notre système de billetterie, nous embarquons autant de personnes que possible sur les trains", ajoute-t-il.

"Les trains sont pleins dans un sens. Dans l'autre sens, ils sont remplis de vivres et de matériels", souligne-t-il, notant que la baisse du trafic fret a permis de récupérer des locomotives plus puissantes. La vitesse des trains a été abaissée "pour assurer la sécurité de l’infrastructure".

"Chaque jour, nous nous livrons à un véritable numéro d'équilibriste. Nous espérons pouvoir évacuer les réfugiés jusqu'au dernier moment."

Le patron des chemins de fer ukrainiens estime que "90% du réseau ferré est intact malgré quelques ponts détruits". 

"Cinq ou six grandes gares ne sont plus accessibles, comme celle de Marioupol ou de Mykolaïv", ajoute-t-il. "Mais nous pouvons contourner les voies et équipements endommagés grâce à des itinéraires alternatifs. Dans ce cas, les réfugiés montent dans des bus qui les conduisent dans des gares accessibles."

Si le grand axe vers la Russie, à l'est, "n'est plus accessible", celui vers l'Europe de l'Ouest l'est encore, mais "est attaqué sur plusieurs fronts", relève-t-il.

De 70 à 80% des 230 000 cheminots ukrainiens sont mobilisés sur le terrain, indique leur patron, qui déplorait jeudi soir 26 morts.

"En interne, nous avons mis en place un programme de motivation qui s'appelle le héros de fer pour honorer toutes les personnes qui se surpassent ou qui sortent du cadre de leur métier", dans la pure tradition soviétique, note-t-il.

Des trains ont été détruits à proximité de la frontière bélarusse où un dépôt de fioul a été attaqué, décrit-il.

"Au nord de Marioupol, des trains attendaient, prêts à évacuer des réfugiés. Mais les bombardements ont été tellement intenses qu'ils ne pouvaient pas partir. Et le réseau a été endommagé. Fort heureusement, personne n'est mort dans l'attaque", raconte encore Oleksandr Pertsovskyi.

"Nous avons tout de même réussi à acheminer du matériel roulant là-bas pour évacuer des gens vers Kiev. Aujourd'hui, on attend le cessez-le-feu pour réparer le matériel", ajoute-t-il.

"Le prochain chapitre, ce sera la reconstruction", espère-t-il. "Une Ukraine prospère dans laquelle le ferroviaire jouera un très grand rôle."

11.03.2022
19:23
En France, l'Etat a reçu près de 30 000 propositions pour héberger les Ukrainiens fuyant la guerre dans leur pays, dont environ deux tiers émanent de particuliers, a annoncé vendredi la ministre française du Logement Emmanuelle Wargon.

"Sur la plateforme Je m'engage pour l'Ukraine, nous avons aujourd'hui environ 30 000 propositions d'hébergement", a déclaré ce vendredi la ministre en conférence de presse.

Ce sont, "pour 11 000 d'entre elles, des solutions proposées par des collectivités locales ou par des acteurs publics ou privés, et pour un peu moins de 20 000 d'entre elles des solutions proposées par des particuliers", a-t-elle ajouté.

Pour chaque proposition, l'Etat vérifie qu'elle soit bien réelle et travaille ensuite avec les collectivités et des associations pour accompagner les Ukrainiens.

Environ 10 000 personnes sont arrivées en France en provenance du pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février. D'autres doivent arriver mais une partie n'est que de passage en France et souhaite rejoindre "notamment l'Espagne et le Portugal", a-t-elle détaillé.

11.03.2022
18:56
Huit à 13 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de sous-nutrition dans le monde si les exportations alimentaires de l'Ukraine et de la Russie étaient durablement empêchées du fait de la guerre, s'est alarmé ce vendredi l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a estimé, dans un communiqué, que "les perturbations subies par la production et les filières d'approvisionnement et d'acheminement des céréales et des graines oléagineuses, et les restrictions imposées aux exportations de la Russie, auront des répercussions sensibles sur la sécurité alimentaire".

"Cela est particulièrement le cas de la cinquantaine de pays qui dépendent des importations de blé et se procurent 30%, voire plus, de leur blé auprès de la Russie et de l'Ukraine", ajoute-t-il.

Il rappelle que "l'Égypte, la Turquie, le Bangladesh et l'Iran, qui sont les plus grands importateurs de blé, achètent plus de 60% de leur blé à l'Ukraine et la Russie (...). Le Liban, la Tunisie, le Yémen, la Libye et le Pakistan sont eux aussi fortement dépendants de ces deux pays pour leur approvisionnement en blé".

Si la réduction des exportations de l'Ukraine et de la Russie venait à durer, "le nombre global de personnes sous-alimentées pourrait augmenter de 8 à 13 millions en 2022/2023", estime l'organisation dans une note d'information publiée en parallèle.

11.03.2022
18:46
Après les Etats-Unis, l'Union européenne Ukraine va aussi bannir les exportations de produits de luxe vers la Russie a indiqué ce vendredi soir la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.
"Ceux qui soutiennent la machine de guerre de Poutine ne devraient plus pouvoir profiter de leur style de vie somptueux pendant que des bombes tombent sur des innocents en Ukraine", a-t-elle ajouté dans un communiqué.
Les secteurs du luxe français et italien devraient être particulièrement touchés.
11.03.2022
18:42

L'ONU condamne "sans réserve" les attaques de la Russie contre des cibles civiles en Ukraine, a déclaré ce vendredi au Conseil de sécurité l'une de ses plus hautes responsables, à l'occasion d'une réunion sur les armes biologiques organisée à la demande de Moscou.

"La guerre entre dans sa troisième semaine et les forces armées russes poursuivent leur offensive", a souligné Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, en rappelant les sièges de plusieurs villes et les attaques de ces derniers jours notamment contre Marioupol, dans le sud de l'Ukraine. 

"Cibler des civils, des hôpitaux, des écoles est inexcusable et leurs auteurs devront rendre des comptes", a-t-elle averti.

Moscou réfute le thème de guerre, qualifiant son invasion d'"opération militaire spéciale".

Lors de la réunion, l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, a répété les accusations portées à l'encontre des Etats-Unis et de leur supposée coopération avec l'Ukraine au sein de "30 laboratoires biologiques" en Ukraine portant sur la "peste, l'anthrax ou le choléra". Washington a démenti cette assertion.

549 personnes, dont 41 enfant, ont été tuées et 982 personnes, dont 52 enfants, ont été blessées "principalement par des bombardements et des frappes aériennes" depuis le déclenchement de l'invasion russe en Ukraine, selon la branche ukrainienne du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme qui ajoute que le "bilan réel est beaucoup plus élevé".

11.03.2022
17:34
La Commission européenne et la France ont salué vendredi la décision du Royaume-Uni de simplifier à partir de la semaine prochaine la procédure d'entrée au Royaume-Uni pour les Ukrainiens fuyant leur pays en guerre, après de nombreuses critiques, notamment de Paris.
"C'est un bon pas dans la bonne direction", a réagi Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, à l'issue du sommet de l'UE à Versailles.
"Je remercie" le Royaume-Uni pour "ce premier pas" même s'il y a "encore du travail", a ajouté le président français Emmanuel Macron devant la presse.
Le gouvernement britannique avait la veille annoncé qu'à partir de mardi, les Ukrainiens titulaires d'un passeport "n'auront plus besoin de se rendre dans un centre de demande de visas pour donner leurs données biométriques avant de venir au Royaume-Uni", selon la ministre de l'Intérieur Priti Patel.
Il s'agit d'un changement de cap pour le gouvernement qui était sous pression de l'opposition, de députés conservateurs, ainsi que des gouvernements ukrainien et français, pour simplifier le système de regroupement familial qui permet aux réfugiés ukrainiens de rejoindre des proches au Royaume-Uni.
Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin avait vivement critiqué la "réponse totalement inadaptée" et le "manque d'humanité" du Royaume-Uni à l'égard des réfugiés ukrainiens refoulés au port de Calais, dans le nord de la France, faute de visas.
11.03.2022
17:07
 La guerre en Ukraine pousse de nombreux pays européens à se réarmer. La Suède et la Finlande, non membres de l'Alliance atlantique, ne cachent plus leur inquiétude et renforcent leur coopération en matière de défense. Stockholm vient d'annoncer une augmentation des dépenses de défense à 2 % du PIB "dès que cela sera pratiquement possible".
11.03.2022
17:01
Quelques minutes auparavant, le président des Etats-Unis, s'était aussi exprimé ce vendredi. Joe Biden s'est engagé à "éviter" une "confrontation directe entre l'Otan et la Russie", car elle provoquerait "la Troisième Guerre mondiale". "Nous n'allons pas combattre une guerre contre la Russie en Ukraine", a martelé le dirigeant américain depuis la Maison Blanche. 
Enfin, la Russie "paiera le prix fort si elle utilise des armes chimiques" en Ukraine, a aussi prévenu Joe Biden lors de son discours. 
Les Occidentaux s'inquiètent d'une possible utilisation d'armes chimiques par Moscou en Ukraine. De son côté, la Russie accuse Washington et Kiev de gérer des laboratoires destinés à produire des armes biologiques dans le pays, ce qui a été démenti par les deux capitales, et une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur ce sujet se tiendra vendredi à 17h, heure de Bruxelles.
Joe Biden a aussi annoncé ce vendredi que les Etats-Unis et ses alliés avaient décidé d'exclure la Russie du régime normal de réciprocité régissant le commerce mondial, ce qui ouvre la voie à l'imposition de tarifs douaniers punitifs en réponse à l'invasion de l'Ukraine
Moscou bénéficiait jusqu'alors d'un statut commercial dit de "nation la plus favorisée", qui favorisait le libre-échange de biens et services.
"Nous prenons également des mesures supplémentaires pour interdire les secteurs phares de l'économie russe, notamment les produits de la mer, la vodka et les diamants", a également déclaré le président américain. 
Après le discours de Joe Biden, le département américain au Commerce a annoncé l'interdiction des exportations de produits de luxe à destination de la Russie et du Bélarus.

"Nous ne permettrons pas à (Vladimir) Poutine et à ses amis de continuer à vivre dans l'opulence tout en causant d'énormes souffrances dans toute l'Europe de l'Est", a justifié la secrétaire américaine au commerce Gina Raimondo.

L'interdiction vise aussi des oligarques russes et bélarusses qui vivent à l'étranger.


 

Moscou propose l'ouverture de couloirs humanitaires pour les civils mais le Président ukrainien dénonce des promesses en l'air, sans aucune réalité concrète : "Marioupol et Volnovakha sont encore totalement encerclées. Bien que nous ayons tout fait pour l'installation d'un couloir humanitaire, les troupes russes n'ont pas respecté le cessez-le-feu". Volodymyr Zelensky annonce avoir décidé d'envoyer un convoi de camions à Marioupol avec de la nourriture, de l'eau, des médicaments.

Dans cette ville portuaire, les lourds bombardements laissent des quartiers dévastés.

Mercredi, une frappe russe a visé un hôpital pour enfants et une maternité, faisant trois morts dont une petite fille mais Moscou dément toute responsabilité et dénonce une "mise en scène" du gouvernement ukrainien pour "maintenir un sentiment anti-russe dans la population occidentale." D'après le Ministère russe de la Défense, l'aviation russe n'a mené aucune mission visant des cibles au sol dans la région de Marioupol.

De son côté, Washington encourage les enquêtes sur de "potentiels crimes de guerre en Ukraine".

Nous soutenons tous les efforts pour documenter et enquêter sur de potentiels crimes de guerre en Ukraine. Nous avons d'ailleurs des témoignages très crédibles d'attaques intentionnelles de civils, ce qui constituerait un crime de guerre pour la convention de Genève
Ned Price
Porte-parole du Secrétaire d'Etat américain

Au 16e jour de l'invasion russe, plus de deux millions d'Ukrainiens ont fuit la guerre et les bombardements. Les deux-tiers de ces réfugiés se rendent en Pologne.