DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au moins 74 morts dans les incendies en Grèce

Vous lisez :

Au moins 74 morts dans les incendies en Grèce

Au moins 74 morts dans les incendies en Grèce
@ Copyright :
REUTERS/Costas Baltas
Taille du texte Aa Aa

74 morts. C'est le dernier bilan des incendies autour d'Athènes, en Grèce. Le pays est sous le choc, après ces feux, les plus meurtriers depuis onze ans.

Les recherches se poursuivent dans le secteur de Raffina, où des familles ont été retrouvées carbonisées, dont de jeunes enfants. De nombreuses habitations n'ont pas encore été fouillées, et les habitants continuent de signaler des disparitions.

"Nous sommes partis littéralement à la dernière minute", relate un homme. "Nous avons vu le feu à 200 mètres d'ici et la voiture était prête. Tout à coup, il y a eu une fumée épaisse et un vent très fort, on ne pouvait plus respirer, heureusement ma femme avait apporté des serviettes et de l'eau et nous sommes partis. Nous avons été pris au piège quelques mètres plus loin, parce qu'il y avait beaucoup de circulation, c'était la panique, les gens appelaient au secours".

"J'ai commencé à entendre des explosions, d'un coup", indique un autre habitant. "Les verres se brisaient, les bouteilles de gaz des cuisines et les réservoirs des voitures explosaient. Par instinct, je me suis dit : c'est maintenant, il faut y aller".

Ce témoin avait tout juste eu le temps de fuir avec son bébé. D'autres ont retrouvé leurs parents sains et saufs, après les avoir perdus de vue.

Les vents qui ont soufflé à plus de 100 kilomètres heures ont permis une progression fulgurante des flammes.

"D'après des témoins, l'incendie qui s'est déclaré dans l'est de l'Attique s'est propagé très vite", indique Fay Doulgkeri, journaliste d'Euronews à Athènes, qui s'est rendue sur place. "Les gens qui ont vécu l'horreur disent que tout s'est passé en une heure. Certains ont couru jusqu'à la plage la plus proche pour être sauvés, mais d'autres se sont retrouvés pris au piège. Ceux qui ont été sauvés disent qu'ils ont désormais besoin de l'aide de l'État pour survivre".