Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les 27 donnent 6 mois de plus à Londres pour un Brexit avec accord

Les 27 donnent 6 mois de plus à Londres pour un Brexit avec accord
Tous droits réservés
REUTERS/Susana Vera
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une nuit d'âpres et longues discussions à Bruxelles a finalement débouché sur un compromis et un nouveau délai pour le Brexit. Écartant provisoirement le spectre d'une séparation brutale, les 27 et la Première ministre britannique Theresa May se sont mis d'accord sur un délai pouvant aller jusqu'au 31 octobre, juste avant l'entrée en fonction de la nouvelle commission européenne. Londres demandait jusqu'au 30 juin, Donald Tusk avait proposé un an, ce sera finalement 6 mois de plus.

"Le Conseil européen a décidé d'accorder au Royaume-Uni une extension flexible de la période prévue à l'article 50 jusqu'au 31 octobre. Cela signifie 6 mois supplémentaires pour le Royaume-Uni. Pendant cette période, la marche à suivre repose entièrement entre les mains du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni poursuivra sa coopération sincère en tant qu'État membre à part entière doté de tous ses droits."

Oui, mais Theresa May s'est aussi engagée à ne pas perturber la marche de l'UE pendant cette période. Et pour la cheffe du gouvernement britannique il est encore possible de sortir le 22 mai et ainsi d'éviter les élections européennes. La pression sur les "Brexiters" est à son comble :

"Je persiste à croire que nous devons quitter l'UE avec un accord le plus rapidement possible. L'Union a convenu que l'extension pourrait être résiliée lorsque l'accord de retrait aura été ratifié, ce qui est une demande clé de mes confrères dirigeants. Cela signifie que si nous sommes en mesure de passer un accord dans les trois premières semaines de mai, nous n'aurons pas à prendre part aux élections européennes et nous quitterons officiellement l'UE le samedi 1er juin."

La dirigeante conservatrice doit s'adresser aux députés britanniques aujourd'hui, et elle doit ensuite poursuivre les discussions avec l'opposition travailliste pour tenter de trouver un compromis à même de rassembler une majorité parlementaire pour faire passer l'accord de Brexit négocié avec l'Union européenne.

Comment sera-t-elle reçu à Westminster ? C'est toute la question. Reste qu'elle est parvenue à éviter un no deal précipité, ce à quoi s'est opposé la majorité des députés britanniques.

La réaction du président des Etats-Unis ci-dessous :

Donald Trump estime que "l'Union européenne est trop dure avec le Royaume-Uni et son Brexit". Il en profite pour dénoncer une fois de plus "la brutalité de l'Union européenne en matière commerciale". sa conclusion : "quelques fois dans la vie, il faut laisser les gens respirer avant qu'ils ne reviennent vous mordre !"