DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un équilibre délicat pour le budget de l’UE

euronews_icons_loading
Le Conseil européen
Le Conseil européen   -   Tous droits réservés  AP   -   Julien Warnand
Taille du texte Aa Aa

C'est l'heure de la grande explication. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se retrouvent ce jeudi à Bruxelles pour essayer de s'accorder sur le budget commun. Le président du Conseil européen, Charles Michel, propose pour la période 2021-2027 une enveloppe équivalente à 1,074 % du Revenu national brut de l'Union. Au Parlement européen ce projet est inacceptable. "C’est un budget qui est en régression, personne ne peut croire qu’il y a une ambition nouvelle alors qu’on a besoin d’argent pour la recherche, on a besoin d’argent pour lutter contre la pauvreté', répond l’eurodéputé social-démocrate (Nouvelle Donne) Pierre Larrouturou.

Les parlementaires veulent réduire la part des contributions nationales au profit des ressources propres de l'Union. Ils souhaitent aussi mettre un terme au rabais dont bénéficient cinq Etats membres: l'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas, l'Autriche et la Suède. "Le compte n’y est pas", explique l’élue Renew Europe Valérie Hayer, "depuis des années le Parlement européen demande de nouvelles ressources propres et maintenant que les Etats sont sous pression on nous fait une proposition sur de nouvelles ressources propres et on y colle un rabais supplémentaire, ça n’est pas acceptable". Copenhague, Stockholm, La Haye et Vienne réclament aussi un cadre financier plus sobre. En revanche des pays comme l'Espagne, le Portugal ou la Pologne veulent un budget européen ambitieux.

Les 27 sont aussi divisés sur les priorités. Il y a d'un côté les partisans des enveloppes traditionnelles tels que les fonds de cohésion et la Politique agricole commune. De l'autre plusieurs capitales, emmenées par l'Allemagne, préfèrent mettre l'accent sur les nouveaux défis comme la lutte contre le changement climatique, la sécurité ou l'économie numérique.