DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus en Chine, e-santé et mobilité électrique en Inde marquent l'actualité économique

euronews_icons_loading
Coronavirus en Chine, e-santé et mobilité électrique en Inde marquent l'actualité économique
Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai Tourism
Taille du texte Aa Aa

La propagation rapide du coronavirus de la ville chinoise de Wuhan à des dizaines de pays a provoqué une panique générale et causé des remous sur les marchés financiers chinois. Un événement synonyme d'incertitude pour les uns, d'opportunité pour les autres.

Coronavirus en Chine : incertitude ou opportunité économique ?

La Chine mène la lutte contre le nouveau coronavirus sur plusieurs fronts : tandis qu'elle tente de contenir sa prolifération et de traiter des cas d'infection toujours plus nombreux, elle est passée à l'action pour soutenir son économie.

"Nous surveillons la situation très attentivement," indique Domenico Ferrini, responsable investissement chez Investec Asset Management. "Nous sommes ravis que les autorités chinoises aient pris toutes les mesures de précaution qu'elles pouvaient : elles ont agi très rapidement," estime-t-il.

De son côté, la directrice générale du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva envisage les choses ainsi : "Le scénario le plus probable pour nous, c'est une évolution en V : les activités économiques chutent de manière significative, puis effectuent un rebond réel et rapide," affirme-t-elle.

Parmi toute une série de mesures, la Banque centrale chinoise a injecté l'équivalent de centaines de milliards d'euros de liquidités sur les marchés. Une intervention saluée par les investisseurs et le Fonds monétaire international.

"En termes économiques, ce qu'a fait la Chine est tout-à-fait bienvenu," souligne Kristalina Georgieva. "Elle a d'abord, injecté des liquidités pour un montant qui a atteint 115 milliards de dollars et elle a baissé les taux d'intérêt de manière appropriée," rappelle-t-elle.

Le responsable d'investissement Domenico Ferrini renchérit : "En tant qu'investisseur, on doit toujours à un moment donné, gérer une crise qui affecte les marchés et la volatilité qui va avec, mais l'histoire vous dira que ce genre de période est la meilleure pour investir parce qu'elle offre des opportunités. Et le marché chinois représente une formidable opportunité d'investissement à long terme," assure-t-il.

Mais l'interdiction de voyager et le confinement de villes entières ont été jugés trop draconiens par certains. Des Chinois critiques à l'égard de Pékin ont été réduits au silence ou arrêtés.

De grands groupes comme L'Oréal et Toyota Boshoku ont eux montré leur confiance dans les autorités en rouvrant rapidement leurs usines.

_"Tous nos employés à Shanghai sont volontaires pour retourner travailler et la plupart de nos cinquante salariés japonais sont à Shanghai," _déclare Zhuang Zhiqiang, directeur général adjoint de Toyota Boshoku (Chine). "Nous estimions devoir traverser cette période difficile aux côtés de la Chine," insiste-t-il.

Malgré les défis qui restent à relever, le message de l'Organisation mondiale de la santé est clair : des crises comme celle-ci doivent susciter "la solidarité et non la stigmatisation".

© euronews
Atelier de production en Chine© euronews

Arab Health 2020 : l'intelligence artificielle et le big data à l'honneur

Le secteur de la santé fait sa révolution sous l'effet de l'intelligence artificielle et du big data. De la chirurgie aux tâches administratives, quasiment toutes les procédures évoluent de manière positive.

55.000 professionnels venus de 159 pays ont participé à Dubaï, fin janvier, au grand événement dédié à la santé Arab Health 2020.

"C'est l'un des trois plus grands salons mondiaux de ce secteur," affirme Elie Chaillot, président et PDG pour les marchés émergents de l'Est chez General Electric Healthcare, avant d'ajouter : "Des participants viennent d'Asie, d'Afrique, du Moyen-Orient, de Turquie, de l'Est de l'Europe..."

"Au salon, on a accès à toutes les dernières technologies, à tout l'équipement dont on peut rêver et puis, à des rencontres et à des formations," se réjouit Sherif Beshara, PDG du groupe American Hospital de Dubaï.

L'intelligence artificielle est omniprésente. Ses développeurs assurent qu'elle a le potentiel de sauver des vies et de nous faire gagner du temps et économiser des ressources.

"Les investissements mondiaux dans l'intelligence artificielle représentent aujourd'hui, 6,6 milliards de dollars," fait remarquer Sherif Beshara. "On pense qu'en 2026, elle nous permettra d'économiser 150 milliards par an," précise-t-il.

Elie Chaillot renchérit : "Notre entreprise investit près de la moitié de son budget Recherche et Développement dans le numérique et l'intelligence artificielle. L'IA sera beaucoup plus rapide que le cerveau humain pour récupérer ces informations, les rassembler et s'en servir ; on peut avoir une immense quantité de données et si on ne les utilise pas, elles sont gaspillées," estime-t-il.

"L'intelligence artificielle vise à garantir que l'utilisation des données bénéficie aux patients en matière de médecine de précision, à contribuer au résultat clinique, à aider les soignants à gagner du temps, à limiter les temps d'attente et à réduire les coûts en évitant par exemple, les examens en doublon," explique-t-il.

Mais quelles sont les technologies d'IA qui ont été dévoilées lors du salon ? Sherif Beshara précise : "Nous avons mis en place de la chirurgie robotisée, c'est la dernière technologie, cet assistant chirurgical permet d'avoir de meilleurs résultats, une durée d'hospitalisation plus courte, une plus grande précision et surtout, des coûts réduits."

Elie Chaillot nous détaille le centre de commande que son entreprise propose : "C'est un système de gestion hospitalière qui permet de savoir en temps réel ce qui se passe dans les différentes unités. Si une décision doit être prise pour rationaliser une file d'attente, libérer un lit ou transférer un patient, le système aidera le personnel à être plus efficace, plus productif, à attribuer ou libérer un lit plus vite," indique-t-il. "Je crois que cela va totalement transformer notre vision de l'efficacité dans le domaine de la santé," juge-t-il.

L'intelligence artificielle, mais aussi le machine learning ont, semble-t-il, le potentiel de contribuer, en rationalisant le secteur des soins, à améliorer notre santé.

© euronews
Salon Arab Health 2020© euronews

L'Inde se branche à la tendance des véhicules électriques

Voitures, bus, vélos ou rickshaws, le plus grand salon indien de l'automobile a donné la part belle aux véhicules électriques cette année.

Au salon Auto Expo 2020 de New Dehli, presque tous les constructeurs ont présenté des véhicules électriques alors même que le prix des modèles et le manque d'infrastructures freinent de nombreux consommateurs du pays.

Sous l'impulsion du gouvernement indien, tous les véhicules à trois roues devront être passés à l'électrique en 2023, les deux roues devront faire de même d'ici 2025.

"Pour moi, l'Inde est en train d'avancer très rapidement sur cette voie [ndlr : de l'électrique]," dit Deb Mukherji, directeur général de Omega Seiki Mobility, présent au salon. "Et d'ici cinq ans, je prévois qu'environ 25 à 30% du parc de véhicules sera passé à l'électrique," ajoute-t-il.

Mais d'après un rapport publié par l'agence de notation indépendante ICRA Limited, seuls 3 à 5% des véhicules de tourisme indiens seront électriques en 2025 en raison des prix élevés et d'une infrastructure de recharge encore inadaptée.

"Cela ne va pas décoller comme cela, cela se fera étape par étape, voiture par voiture," reconnaît Rajeev Chaba, président de MG Motors India. "Et nous sommes heureux d'avoir enregistré pour le modèle ZS EV que nous avons lancé, 2800 commandes en moins de 27 jours en indiquant uniquement une fourchette de prix," se félicite-t-il. "Cela montre qu'il y a des consommateurs qui veulent tenter l'expérience et cela nous donne la responsabilité de participer à la création de l'infrastructure," estime-t-il.

Shailesh Chandra, président du département Mobilité électrique chez Tata Motors, l'assure : "Il s'agit de découvrir une nouvelle technologie, de voir arriver l'infrastructure de recharge adéquate et d'avoir de plus en plus de choix qui s'offrent à nous."

© euronews
Rickshaws électriques à Auto Expo 2020© euronews