DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Robotique, e-commerce et streaming : des tendances qui s'accélèrent avec la pandémie

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai Tourism
Taille du texte Aa Aa

Les perspectives commerciales semblent bien sombres à l'heure du coronavirus. Mais l'horizon n'est pas totalement bouché pour les nombreuses entreprises qui trouvent de nouvelles opportunités dans le e-commerce.

Nous avons recueilli le point de vue d'un dirigeant de Mastercard pour le Moyen-Orient et l'Afrique du nord, observateur avisé des effets de la pandémie.

"Trois quarts des consommateurs disent qu'ils ne paieront plus en espèces"

Natalie Lindo, euronews :

"Toutes ces mesures de confinement ont eu un impact négatif sur l'économie mondiale. Quelles sont les grandes tendances au niveau de la consommation et de l'activité des entreprises depuis le début de la pandémie ?"

Khalid Elgibali, président de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord chez Mastercard :

"Il serait probablement inexact de dire que l'économie dans son ensemble a été impactée de manière négative. Il existe des segments et secteurs dont l'activité monte en flèche. Je vais vous donner un exemple : les plateformes de streaming de contenus de divertissement. Il y a trois mois, je n'en utilisais qu'une et aujourd'hui, j'en ai cinq. Je suis sûr que les consommateurs comme moi sont beaucoup plus nombreux à avoir dû changer leurs habitudes. Donc il y a des segments et secteurs dans ces domaines qui en ont bénéficié. Évidemment, il existe d'autres segments et secteurs - le voyage, l'hôtellerie, le tourisme, la restauration - qui ont été affectés et ils ont dû faire évoluer leur business model. Il n'y a pas de meilleure motivation que la lutte pour sa survie. De nombreux flux traditionnels de recettes qui s'appuient sur la visite physique des clients en magasin n'existent plus."

Natalie Lindo, euronews :

"Vous avez récemment publié un rapport sur l'explosion du nombre de consommateurs qui utilisent des moyens de paiement dématérialisés. Pouvez-vous nous en dire plus ?"

Khalid Eligibali :

"Huit personnes sur dix disent qu'elles craignent de continuer à payer en espèces parce qu'elles se posent des questions ou sont inquiètes. Elles se demandent : 'Est-ce que c'est propre ? Est-ce que c'est sûr ?' Et ce qui est très intéressant, c'est qu'entre 70 et 80% des consommateurs vont jusqu'à dire qu'ils n'utiliseront plus d'espèces. Ils disent : "Mes habitudes vont changer et ce sera positif." Et une bonne part de ces évolutions créeront de nouveaux segments et de nouvelles industries également."

© euronews
Multiplication des paiements sans contact (Mastercard)© euronews

Le secteur du spectacle vivant utilise ses compétences autrement

Dans le spectacle vivant, l'activité est pour une très large part, incompatible avec la distanciation sociale. Est-ce la fin des salles bondées et des festivals à guichet fermé ?

Nous avons interrogé le PDG de Production Resource Group, une entreprise célèbre pour avoir produit de grands événements dans le monde, des pièces de Broadway aux cérémonies des Jeux olympiques en passant par des concerts de stars de la pop.

Jane Witherspoon, euronews :

"Pouvez-vous nous dire dans quelle mesure la pandémie a frappé votre entreprise ?"

Jere Harris, PDG et président de Production Resource Group :

"Pour nous en tant qu'entreprise, c'est tout notre environnement de travail qui s'est arrêté. Vous savez, en moyenne, nous devrions engranger 15 à 20 millions de dollars américains de recettes par semaine. Mais là, stop. Tout s'est arrêté. Nous avons dû licencier partout dans le monde. À la différence des restaurants et bars qui peuvent ouvrir en respectant une certaine distanciation sociale, il est impossible de présenter une production théâtrale ou un spectacle de Broadway en appliquant la distanciation : même en espaçant les sièges, c'est intenable d'un point de vue économique. Je pense que cette situation nous fera tous évoluer et ce changement sera bénéfique parce que nous voyons tous les choses de manière différente aujourd'hui. Nous voyons davantage d'opportunités dans la diffusion en streaming. On peut réaliser de grandes choses avec la technologie dont on dispose aujourd'hui. Et peut-être que certains vont se rendre compte qu'on peut réaliser de grandes choses avec des méthodes plus simples."

Jane Witherspoon :

"Votre entreprise a aussi proposé son expertise dans le déploiement rapide de moyens logistiques pour aider les personnes en première ligne à lutter contre la pandémie à Berlin et dans la ville de New York."

Jere Harris :

"Un aspect important dans le secteur de la production, c'est que tout ce que nous faisons est temporaire. Donc quand on présente un spectacle à Dubaï pour deux représentations par exemple, on met en place tous les éléments, on joue le spectacle, puis on démonte le tout et on part pour Abu Dhabi. Tout est une question de déploiement rapide et de capacité d'improvisation. Donc à l'hôpital de Berlin, nous avons fourni toutes les infrastructures nécessaires pour que le personnel soignant puisse créer un hôpital temporaire, bien sûr à une autre échelle que ce que nous pourrions mettre en place pour un concert de U2 ou de Coldplay. Mais tout le monde était sûr que nous pouvions le faire."

Face à cette situation, des entreprises comme celle de Jere Harris ont adapté leurs ressources et mis à profit les compétences de leurs collaborateurs pour opérer dans d'autres domaines.

© euronews
La logistique de PRG dans la lutte contre le coronavirus© euronews

La distanciation sociale laisse le champ libre aux robots

Alors que l'interaction humaine est réduite au minimum à travers le monde, on prépare de plus en plus les machines à combler ce vide. De la Chine à la Russie en passant par les États-Unis, le Covid-19 semble favoriser la généralisation des robots.

Une série d'engins de ce type accomplissent toutes sortes de missions dont des livraisons en fin de parcours pour des entreprises de tous secteurs et de toute taille. Exemple à Washington D.C. où une épicerie s'est lancée dans la livraison à domicile à l'aide de petits robots autonomes circulant sur les trottoirs de la ville.

"Je crois qu'aujourd'hui, on a 5 robots en service ; on en a eu jusqu'à 10 - cela dépend de leur disponibilité - et actuellement, certains circulent pour faire du repérage, donc la distance que nous couvrons devient de plus en plus grande," explique Tracy Stannard, copropriétaire de Broad Branch Market. "On a mis en place tout cela pour la livraison et le retrait quand on a fermé l'épicerie à la clientèle le 1er avril : il nous a fallu deux bonnes semaines pour mettre sur pied notre système de commande et de livraison," précise-t-elle.

© euronews
Les robots livreurs d'une épicerie de Washington D.C.© euronews

En retirant les hommes de l'équation, la mise en rayons et le nettoyage robotisés pourraient aider à limiter la propagation de la pandémie.

Brad Bogolea, PDG et cofondateur de Simbe Robotics, nous présente son robot Tally utilisé dans une supérette. "Tally est un robot mobile totalement autonome qui est développé pour aider les détaillants à mieux faire l'inventaire de leur magasin : il aide à s'assurer que les produits sont bien stockés à la bonne place et qu'ils ont le bon prix," indique-t-il.

"Avec le Covid-19, on pense qu'il y a plus que jamais une place pour l'automatisation et l'utilisation des données dans la vente au détail et que cela va accélérer le déploiement de la robotique," souligne-t-il.

Des entreprises du secteur assurent malgré tout que les hommes ont toujours leur place dans le monde du travail.

"On n'essaie pas de remplacer les humains : la plupart du temps, quand les entreprises font cela, elles échouent parce qu'ils sont flexibles et ils réalisent beaucoup d'autres tâches," insiste Phil Duffy, vice-président produits chez Brain Corp. "Nos solutions leur permettent d'augmenter la productivité et de se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée dans lesquelles les robots ne sont pas bons," affirme-t-il.

L'adoption plus rapide de l'automatisation et de la robotique est une tendance mondiale : en Russie, les entreprises et les transports en commun disposent désormais de tourniquets électroniques qui prennent la température. Dans un immense port "intelligent" géré grâce à la 5G en Chine, le chargement et le stockage du fret sont automatisés. Autant de solutions inédites pour relever les défis inédits de la pandémie.