DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Comment limiter l'impact économique du coronavirus ? Point de situation au Moyen-Orient

euronews_icons_loading
Comment limiter l'impact économique du coronavirus ? Point de situation au Moyen-Orient
Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai Tourism
Taille du texte Aa Aa

Face à la pandémie de Covid-19, les gouvernements à travers le monde agissent sur les fronts sanitaire, mais aussi économique pour tenter d'atténuer les répercussions des mesures de confinement et de distanciation sociale.

Les bourses mondiales ont subi les effets spectaculaires d'une récession jamais vue depuis des dizaines d'années.

Le Moyen-Orient ne fait pas exception. Même les pays riches du golfe Persique ont été durement touchés par l'effondrement des prix du pétrole. Leurs Indices des directeurs d'achat (PMI) ont par exemple, atteint des niveaux planchers records.

Prêts garantis pour les banques et déblocage de leurs réserves de fonds propres

À Dubaï, par exemple, différentes politiques économiques, ainsi que des mesures de relance émanant des banques ont été mises en place pour aider les entreprises à amortir le choc. À partir de la mi-mars, la Banque centrale des Émirats arabes unis a lancé un programme de soutien aux banques et aux entreprises d'un montant de 65 milliards d'euros.

Il prévoit des prêts garantis à coût zéro pour les établissements bancaires afin de les encourager à prêter et un déblocage des réserves de fonds propres dont ils doivent disposer en cas de coup dur.

"La Banque centrale des Émirats a annoncé environ 70 milliards de dollars de mesures de relance, ce qui représente 17% du PIB," fait remarquer Anurag Bajpai, partenaire et responsable commerce chez KPMG Lower Gulf. "L'idée, c'est de pouvoir obtenir des liquidités additionnelles auprès des banques," souligne-t-il.

Ahmed Abdelaal, PDG de Mashreq Bank, précise : "Le paquet de mesures est destinée à la vente au détail, aux PME en particulier et aux entreprises des secteurs les plus touchés. Donc que vous soyez détenteur d'un prêt personnel ou d'un prêt hypothécaire, une PME ou une entreprise, ces dispositifs sont particulièrement bénéfiques pour vous," assure-t-il.

Rétablir la confiance

Selon un récent sondage réalisé auprès des prêteurs financiers, ces mesures de soutien ont permis de rétablir la confiance.

42% des personnes interrogées aux Émirats estiment que leur entreprise pourrait être revenue à une situation normale sous trois à six mois.

De la même manière, 64% des sondés se disent très confiants dans la capacité de leur entreprise à se doter des compétences nécessaires pour l'avenir, contre 48% à l'échelle mondiale.

Aux Émirats comme ailleurs, certains secteurs ont été confrontés à une baisse inédite de la demande tandis que d'autres ont enregistré un pic d'activité.

Rôle essentiel des nouvelles technologies

"On a pu voir les chiffres à travers le monde pour les détaillants alimentaires, de mode et d'électronique : le nombre de leurs ventes en ligne a augmenté de manière exponentielle, donc en quelque sorte, il y a eu une accélération d'une tendance qui était déjà là," constate le responsable commerce Anurag Bajpai.

Des secteurs entiers ont dû s'adapter pour être davantage présents sur le net. Et cette crise a mis en évidence le rôle essentiel des technologies dans l'évaluation des risques pour la santé publique et l'économie.

"On se rend compte que le confinement a été technologique dans certains domaines aux Émirats," indique Tareq Al-Dawoud, spécialiste de la gestion des risques. "Les investissements dans les secteurs de la santé, la gestion de crise et des risques, l'intelligence artificielle, l'analyse de données seront cruciaux pour l'avenir," affirme-t-il.

Une nécessaire diversification économique

La pandémie a également suscité une vaste réflexion sur la nature de l'infrastructure sur laquelle s'appuie l'économie mondiale.

"Notre premier partenaire pour le commerce autre que le pétrole, c'est la Chine," déclare Khalfan Belhoul, PDG de Dubai Future Foundation. "Ces échanges ont été impactés en raison des défis notamment logistiques à l'échelle mondiale : cela nous montre qu'il nous faut prendre en considération la nécessité de diversifier notre chaîne d'approvisionnement et de développer la production intérieure, une combinaison de ces éléments représentera une formule gagnante," estime-t-il.

"Mais cette pandémie doit surtout nous apprendre, nous l'humanité, à mieux nous coordonner et à prendre de grandes décisions," espère-t-il. Une voie porteuse d'espoir pour l'humanité et l'économie quand nous aurons traversé les épreuves de la pandémie.