DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les eurodéputés valident la stratégie de relance de l'économie pour faire face à la crise

euronews_icons_loading
Les eurodéputés valident la stratégie de relance de l'économie pour faire face à la crise
Tous droits réservés  JOHN THYS/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le Parlement européen approuve largement le principal pilier du plan de relance européen de 750 milliards d'euros. 582 eurodéputés ont donné leur feu vert au dispositif intitulé "Facilité pour la reprise et la résilience" qui doit permettre aux Etats membres de surmonter la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19.

"Nous avons adopté une réponse européenne. Mais l'argent doit maintenant arriver aux citoyens, aux familles, aux entreprises et aux Etats", souligne l’élue Margarida Marques (S&D).

Cette enveloppe de 672,5 milliards d'euros compte :

  • 312,5 milliards d'euros de subventions
  • 360 milliards d'euros de prêts

La répartition entre les Etats membres se fait en fonction du poids démographique, du taux de chômage avant la pandémie et du Produit intérieur brut.

Les gouvernements ont jusqu'à la fin du mois d'avril pour transmettre leur projet de plan national et préciser ainsi comment ils comptent dépenser ces fonds. 19 Etats membres ont déjà transmis leur projet à la Commission européenne. Les eurodéputés insistent sur le fait que l'institution doit être particulièrement attentive dans son contrôle. "Des plans qui accélèrent les réformes et qui engendrent des investissements publics productifs, voilà selon moi les deux principaux critères", insiste Johan van Overtfeldt (CRE), président de la commission des Budgets au Parlement européen.

Les gouvernements doivent employer 37% de ces moyens pour la transition écologique et 20% pour le numérique. Le montage financier de cet outil est une première pour l'UE et certains s'interrogent déjà sur la possibilité ou non de le répliquer à l'avenir.

Mais cette idée divise l’hémicycle. Une partie de la droite estime que cette réponse ne peut être qu’exceptionnelle. L’écologiste Rasmus Andresen juge au contraire qu’il faudrait "utiliser des instruments comme le fond de relance" lors de prochaines crises.