DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

UE : accord des Vingt-Sept pour débloquer le plan de relance

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Le président du Conseil européen Charles Michel avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel à Bruxelles le 10/12/2020
Le président du Conseil européen Charles Michel avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel à Bruxelles le 10/12/2020   -   Tous droits réservés  OLIVIER MATTHYS/AFP
Taille du texte Aa Aa

C'est un compromis européen attendu depuis plusieurs semaines. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union, réunis à Bruxelles, ont finalement adopté la stratégie de reprise de l'économie.

Cet accord permet de mettre en place le fonds de relance de 750 milliards d'euros. Il valide aussi le budget européen à long terme, soit plus de 1 000 milliards d'euros. Enfin ce consensus inscrit dans le marbre la conditionnalité entre respect de l'Etat de droit et laccès aux fonds européens.

L'Allemagne, qui assure la présidence semestrielle de l'UE, a su trouver les mots justes pour convaincre la Pologne et la Hongrie de ne pas maintenir leur véto au risque de se retrouver plus isolés de leurs partenaires.

Après plusieurs mois de blocage, Charles Michel, le président du Conseil européen a annoncé le compromis des 27 pour débloquer le plan de relance négocié au forceps en juillet dernier.

"Accord sur le budget de l'EU et le plan de relance. Nous pouvons maintenant commencer la mise en œuvre et reconstruire nos économies. Notre plan de relance historique fera avancer nos transitions verte et numérique.", Charles Michel

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, estime qu'avec ce consensus que l'UE progresse.

Au Parlement européen les eurodéputés ont aussi réagi. L'écologiste Daniel Freund salue l'accord même si le mécanisme sur l'Etat de droit ne sera mis en oeuvre qu'après la validation juridique par la Cour de justice de l’UE. "C'est un retard, c'est dommage, mais l'outil en lui-même est inchangé", explique l’eurodéputé.

Depuis mercredi soir les rumeurs d'un accord bruissaient dans les couloirs européens. La validation par les dirigeants donne plus d'écho à cette décision qui marque une victoire politique pour la chancelière allemande.