DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region
Fabiane Albuquerque est Dr en sociologie, activiste noire et spécialiste de la décolonisation et études raciales
Fabiane Albuquerque est Dr en sociologie, activiste noire et spécialiste de la décolonisation et études raciales   -   Tous droits réservés  Fabiane Albuquerque

"Dire que toutes les femmes sont opprimées de la même façon par le patriarcat est une idée erronée"

Afin de comprendre ce qu’est le féminisme, ainsi que tous les types de masculinité toxique, on doit d’abord comprendre ce qu’est le patriarcat. Le patriarcat est un système politique, économique, culturel et idéologique fondé sur le pouvoir et la domination des hommes sur les femmes selon la croyance que ces dernières leur sont bien inférieures d’un point de vue culturel, biologique et matériel. Il considère une femme comme “l’autre de l’homme” selon les termes mêmes de Simone de Beauvoir, ce dernier ayant la légitimité de dominer et mener le monde.

Le patriarcat a structuré la société, la politique, l’économie, la culture, la science et la religion. Le féminisme s’est élevé comme la réponse des femmes à ce système, remettant en question les rôles des deux sexes dans cet ordre social imposé par les hommes. Chaque société a construit ses règles autour de ce que l’on entend par “être un homme ou être une femme”, forçant chaque individu à coller aux modèles de domination et soumission quant à la socialisation, les valeurs, la tradition, la violence et aussi les stéréotypes de beauté.

Les occidentaux en sont arrivés à enfoncer les femmes et les classer pour mieux les dominer. Les femmes blanches ”bourgeoises” sont considérées comme plus féminines, plus évoluées, plus délicates, muses plus inspirantes, le standard idéal de la beauté. Ce phénomène s’est développé pendant les périodes de colonialisme et d’asservissement. Les Européens ont ainsi transporté leurs valeurs et leurs cultures dans le reste du monde, imposant des modes de pensée, d’action, de relation.

Ce passage de l’époque médiévale au capitalisme bourgeois qui a suivi la colonisation a entraîné un changement du rôle des femmes dans la société. Les femmes blanches bourgeoises étaient confinées dans leur foyer, considérées comme des épouses et des mères qui devaient se consacrer à leur mari et leurs enfants, renoncer à tout espace public et aux décisions collectives, se voyant attribuer en compensation le titre de “reine du foyer”. En France par exemple, ce n’est que depuis 1965, selon l’article 223 du code civil, que les femmes peuvent travailler à l’extérieur sans avoir à demander l’autorisation de leur mari.

Mais alors que le patriarcat régentaient la vie des femmes blanches bourgeoises dans les sphères privées, sous prétexte de les protéger, les femmes de couleur, noires et indigènes étaient traitées sans différence de genre, au même niveau que les hommes de couleur, forcées de travailler dans les mines et les plantations et de faire des enfants pour le commerce des esclaves. Alors, dire que toutes les femmes sont opprimées de la même façon par le patriarcat est une idée erronée.

La condition des femmes noires a été fortement marquée par l’esclavage et la colonisation. Elles étaient alors les individus les plus opprimées de la hiérarchie sociale, “en marge” de la société comme l’a écrit l'autrice afro-américain Bell Hooks.

Encore aujourd’hui, les femmes noires dans les films, les publicités, dans le domaine de la politique ou des sciences sont reléguées au rôle de servantes, rattachées à des stéréotypes tels que celui de femmes légères, vulgaires, vivant aux crochets de la sécurité sociale, d’esclaves, de bombes sexuelles, moins évoluées, colériques ou femmes de ménage dans des familles blanches.

Comme l’a dit l’écrivaine Gadra Kilomba, la femme noire est “l’autre” de l’autre, c’est à dire de la femme blanche.

Fabiane Albuquerque est Dr en sociologie, activiste noire et spécialiste de la décolonisation et études raciales.

____________

Les opinions exprimées dans les articles de la catégorie View sont uniquement celles des auteurs.

Êtes-vous un expert reconnu dans votre domaine travaillant en Afrique ou d'origine africaine ? Vous souhaitez partager votre propre histoire concernant les masculinités et comment elles sont repensées ? Envoyez-nous un e-mail à CryLikeBoy@euronews.com

____________

Ce programme est financé par le European Journalism Centre, dans le cadre du programme European Development Journalism Grants avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates.