euronews_icons_loading
Deux bâtiments, dont un immeuble résidentiel à Kyiv, touchés par des frappes russes

Une journaliste tuée, plusieurs blessés et deux bâtiments éventrés. Après deux semaines de calme relatif, la capitale ukrainienne est de nouveau sous le feu russe. L'attaque s'est produite ce jeudi en pleine visite du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, à Kyiv.

Le chef de l'ONU venait de terminer une conférence de presse commune avec le président ukrainien. Mis ensuite en sécurité, il s'est dit "choqué" par les bombardements.  

Volodymyr Zelensky, le chef d'État ukrainien, a de son côté pris la parole dans une vidéo publiée sur le réseau social Telegram qualifiant l'attaque de "barbare" et "haineuse", en ajoutant que "cela en dit long sur la véritable attitude de la Russie envers les institutions internationales, sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l’ONU et tout ce que l’organisation représente".